Une enseignante d'un village reculé de l'Arctique élue "meilleure prof du monde"

Une enseignante d'un village reculé de l'Arctique élue "meilleure prof du monde"

RÉCOMPENSE - Maggie MacDonnell a reçu, dimanche, le prix du "meilleur professeur du monde" doté d'un million de dollars. Cette Canadienne enseigne dans un petit village reculé au nord du Canada, touché par de nombreux suicides de jeunes.

Le village de Salluit, au nord du Canada, compte désormais parmi ses 1.300 habitants la "meilleure professeure du monde". La canadienne Maggie MacDonnell, qui enseigne à l'école Ikusik, située dans cette localité du Québec, a reçu dimanche à Dubaï le Global Teacher Prize, qui récompense chaque année un enseignant d'exception. Choisie parmi 20.000 candidats issus de 179 pays, Maggie MacDonnell a reçu avec son prix une dotation d'un million de dollars. 


Remis par la fondation britannique Varkey, qui a pour objectif de valoriser le métier de professeur, ce prix est payé par tranches, et la gagnante doit continuer d'enseigner pendant au moins cinq ans. Pour mériter cette distinction, l'enseignante canadienne s'est illustrée dans un environnement particulièrement difficile, marqué par de nombreux suicides de jeunes. Maggie MacDonnell a indiqué, dimanche, qu'elle en a connu plus de 10 en deux ans. "En tant qu'enseignante, lorsque j'arrive à l'école le lendemain d'un suicide, il y a un siège vide dans ma salle de classe où plane un silence total. Je vous remercie d'attirer l'attention du monde sur eux", a-t-elle déclaré.

Dans cette région du Québec, également touchée par les grossesses d'adolescentes et les abus sexuels, le taux de décrochage scolaire s’élève à 80 %. Soit quatre fois plus que dans le reste de la province, selon le média québecois L'actualité. Pour y remédier Maggie MacDonnell a mis en place des programmes de formation et d'aide sociale.


"Pour empêcher l’intimidation et le vandalisme, je les ai impliqués dans un atelier de réparation de vélos, et pour répondre a ceux qui répètent qu’ils s’ennuient et qu’il n’y a rien a faire au Nunavik, j’ai mis en place une série d’activités – cuisine communautaire, tournois de ping-pong… et ouvert le premier centre de mise en forme de la communauté", a indiqué l'enseignante, qui a été félicitée par le Premier ministre canadien Justin Trudeau.

En 2016, le prix a été remporté par l'enseignante palestinienne Hanane al-Hroub, pour "l'importance qu'elle donne au jeu dans l'éducation des enfants" afin de contrer la violence dans le milieu scolaire, rapporte l'AFP.


Parmi les 50 finalistes de l'édition 2017 du prix, figurait la Française Marie-Hélène Fasquel, professeure de littérature américaine au lycée international Nelson Mandela de Nantes, et sa méthode de "classe inversée", où les élèves sont impliqués dans la préparation du cours.

En vidéo

Attaque au lycée de Grasse : le proviseur témoigne

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques