Merkel reste ferme sur le pacte budgétaire

Merkel reste ferme sur le pacte budgétaire

Angela Merkel tenait une conférence de presse ce mercredi. Elle réaffirme que le pacte budgétaire européen ne peut être renégocier comme le veut François Hollande

Malgré les félicitations et les déclarations de bienvenue, Angela Merkel reste ferme sur ses positions européennes vis à vis de son nouvel homologue français. Dans une conférence de presse tenue à Berlin mercredi 9 mai, la chancelière allemande a réaffirmé l'impossibilité de renégocier le pacte budgétaire européen comme le veut François Hollande afin d'y ajouter des mesures de croissance.


"Chacun doit s'en tenir à ce que nous avons décidé. Vingt-cinq pays ont signé le pacte budgétaire", a déclaré Angela Merkel, félicitant la Grèce, le Portugal et la Slovénie d'avoir ratifier le texte.


Les deux dirigeants doivent se rencontrer à Berlin, le 16 mai, à l'occasion du premier déplacement international officiel du président Hollande. Une rencontre au cours de laquelle deux conceptions de la politique à mener face à la crise de l'euro s'affronteront : la rigueur et la relance.


Le président français nouvellement élu a une semaine pour orienter sa stratégie et peaufiner ses arguments. Pour ce faire, les deux réunions qu'il doit tenir ce mercredi et ce jeudi devraient l'y aider.  François Hollande reçoit en effet successivement le président de l'Union européenne, Herman van Rompuy et le président de l'Eurogroupe et Premier ministre luxembourgeois, Jean-Claude Juncker. Ce dernier a notamment déclaré hier devant les parlementaires luxembourgeois partager l'avis du président français sur la nécessité de mettre en place des mesures de croissance tout en se montrant opposé à une renégociation du pacte budgétaire.


Pendant ce temps-là, en Grèce, épicentre de la crise européenne, le flou politique règne, alimenté par le blocage dans la formation d'un gouvernement. En faillite, le pays recevra le 10 mai une nouvelle perfusion de la Commission européenne de 5,2 milliards d'euros mais dans ce contexte, les futurs versements restent incertains.

Prenez le Metro de l'actu sur  Facebook  et  Twitter

Plus d'articles