Norvège : Breivik exige maintenant de pouvoir créer un parti "fasciste"

Norvège : Breivik exige maintenant de pouvoir créer un parti "fasciste"

MONDE – Coupable d'avoir tué 77 personnes en 2011 lors d'un attentat puis d'une fusillade en Norvège, Anders Behring Breivik assure dans une lettre envoyé de sa prison qu'il s'est "converti" à la démocratie. Et exige de pouvoir fonder un parti "fasciste".

Après avoir tué 77 personnes au nom de la lutte contre le multiculturalisme et de "l'invasion musulmane" le 22 juillet 2011 en Norvège, Anders Behring Breivik jure maintenant s'être "converti" à la cause démocratique depuis août 2012. Et souhaite même créer un parti politique "fasciste" dans son pays.

C'est en effet dans une lettre de 17 feuillets envoyé à l'AFP depuis sa prison ( il purge une peine de 21 ans), que le terroriste a lancé un "ultimatum" au ministère norvégien de la Justice, le sommant de lever les obstacles placés délibérément, selon lui, pour l'empêcher de fonder le "Parti fasciste norvégien" (NFP) et "la Ligue nordique" (NL).

Un ultimatum de 30 jours au ministre de la Justice norvégien

Breivik a beau avoir traumatisé tout un pays , il dit aujourd'hui regretter cet acte et avoir épousé la cause démocratique depuis 2012. La raison : il aurait été inspiré par le succès électoral en Grèce du parti néonazi Aube dorée, et voudrait créer un parti pour défendre son idéologie. Et qu'il qualifie lui-même de "fasciste" pour éviter d'être estampillé comme "nazi".

"En tant qu'ex-militant, mon coeur pleure pour la barbarie que j'ai perpétrée le 22 juillet", écrit-il. Et d'ajouter : "Le plus important dans ma vie est d'œuvrer pour que quelque chose de comparable ne se reproduise plus jamais. Tout le but du NFP et de la NL est que cela ne se reproduise pas", écrit-il avant de signer "secrétaire du parti et candidat à la députation du NFP et de la NL". Si un membre du ministère assure que rien "ne l'empêche de créer un parti, Breivik dit, lui, recevoir de nombreux obstacles

Coutumier du fait, cet extrémiste envoie régulièrement des lettres aux médias , mais c'est la première fois qu'il lance ce genre d'ultimatum. Il donne en effet 30 jours au ministre de la Justice pour contribuer à lever ce blocage, faute de quoi il menace de l'assigner devant les tribunaux.

Plus d'articles

Les tags

    En ce moment

    Rubriques