Fiscalité : pourquoi Florent Pagny envisage de s'installer au Portugal

Fiscalité : pourquoi Florent Pagny envisage de s'installer au Portugal

DirectLCI
ÉCONOMIE – Le chanteur a annoncé le week-end dernier son intention de poser ses valises au Portugal "pour des raisons fiscales". Un choix qui ne doit rien au hasard… Explications.

Le Portugal, nouvel eldorado pour les exilés fiscaux ? C'est en tout cas ce que laissent penser les propos de Florent Pagny. Le chanteur a fait part le week-end dernier de sa volonté de s'installer dans ce pays pour bénéficier d'une fiscalité plus avantageuse qu'en France. Et il est difficile de le contredire, tant le Portugal bénéficie d'atouts en la matière.


"Il n'y a pas d'impôt sur la succession, pas d'impôt sur la fortune et surtout pas d'impôt sur les royalties pendant dix ans, tous les artistes commencent à s'installer là-bas", a ainsi détaillé le chanteur âgé de 55 ans. Avant de tacler Emmanuel Macron en personne : "Quand on dit 'revenez', (il faut) changer des règles pour que les gens reviennent".

Une imposition de 20% sur les revenus d’activité

Changer les règles, c'est justement ce que le Portugal a fait au début des années 2000, quand la crise a plombé l'économie du pays. Pour revenir dans le vert, l'administration a pris plusieurs mesures, notamment une circulaire révisant la fiscalité en vigueur pour les retraités étrangers. La mesure est entrée en vigueur le 1er janvier 2013. Depuis cette date, un retraité français peut ainsi bénéficier du statut spécial de "résident non-habituel". En clair : s'il vient s'installer au Portugal, sa pension sera totalement exonérée d'impôt sur le revenu. Les actifs, eux, ne sont pas en reste. Ils bénéficient d’un régime fiscal avantageux, avec une imposition de "seulement" 20% sur les revenus d’activité.

En vidéo

"Le Présent d’abord" : Florent Pagny dévoile son nouvel album

Revers de la médaille, ces avantages sont assortis de plusieurs conditions. Un particulier doit ainsi résider plus de 183 jours par an au Portugal durant l’année de la demande d’application de ce régime fiscal. S'il a séjourné moins longtemps, il doit disposer sur le territoire portugais au 31 décembre de l’année en question d’une habitation "dans des conditions qui permettent de supposer l’intention actuelle de la maintenir et de l’occuper comme résidence habituelle".


En outre, il n’est pas nécessaire d’acheter un bien immobilier. Une location peut être prise en compte. L'immobilier, c'est aussi l'autre atout du Portugal. Car, en effet, le mètre carré se négocie par exemple en moyenne à 2.000 euros à Lisbonne, la capitale du pays. Le coût de la vie y est lui aussi plus réduit : de 25 à 30 % moins cher qu’en France. 

Plus d'articles

Sur le même sujet