Selon la CIA, la Russie aurait aidé Donald Trump à remporter l'élection présidentielle

Selon la CIA, la Russie aurait aidé Donald Trump à remporter l'élection présidentielle

La présidence Donald Trump

Voir
ESPIONNAGE - Le Washington Post publie, ce samedi, les résultats d'une évaluation secrète de la CIA, qui révèle que la Russie aurait interféré dans l'élection présidentielle afin que le candidat Donald Trump accède à la Maison Blanche. Des informations contestées par le nouveau président américain.

"Cela pourrait être la Russie, cela pourrait être la Chine. Et cela pourrait être un mec à son domicile, dans le New Jersey" avait repliqué Donald Trump,  interrogé par le Time, à propos des soupçons d'ingérence russe dans l'élection américaine. Mais les dernières révélations de la CIA, relayées par un article du Washington Post, ce samedi 10 décembre, risquent de fragiliser la position du président fraîchement élu. Selon l'agence américaine, la Russie aurait bel et bien interferé dans l'élection présidentielle, en faveur de Donald Trump. 

Moscou aurait eu recours à des "intermédiaires" pour éviter d'être directement mêlé à ces pratiques

"La communauté du renseignement estime que l'objectif de la Russie était de favoriser un candidat par rapport à un autre, d'aider Trump à être élu", a indiqué au Washington Post un responsable américain au courant de l'affaire. Une enquête menée secrétement par la CIA aurait permis d'identifier des individus liés au gouvernement russe, et responsables du piratage des milliers d'emails piratés sur les comptes de l'ancien directeur de campagne de la candidate démocrate Hillary Clinton, John Podesta, ainsi que du parti démocrate. Et selon l'évaluation de l'agence américaine, Moscou aurait eu recours à des "intermédiaires" pour éviter d'être directement mêlé à ces pratiques.


Les pirates informatiques russes sont décrits comme des personnes connues des services de renseignement et membres d'une large opération destinée à réduire les chances d'élection de Clinton et favoriser Trump par l'agence américaine. Par la suite, ces mails auraient été envoyés à l'organisation WikiLeaks, et ils ont finalement été publiés pendant la campagne.  

En vidéo

USA : le magnat du pétrole Rex Tillerson, prochain secretaire d'Etat ?

Des intermédiaires liés au Kremlin

Nuance néammoins. Le Washington Post souligne que l'évaluation de la CIA est loin de constituer un rapport en bonne et due forme reflétant la position des 17 agences américaines du renseignement. De plus, des interrogations demeurent souligne le quotidien. Selon un de leurs interlocuteurs, le renseignement américain ne disposerait d'aucune preuve montrant que des responsables du Kremlin auraient "ordonné" à des intermédiaires de transmettre les emails piratés à WikiLeaks. 

L'équipe de Donald Trump a immédiatement rejeté les conclusions de la CIA, jugeant que les analystes qui y sont parvenus "sont les mêmes que ceux qui disaient que (l'ancien président irakien) Saddam Hussein disposait d'armes de destruction massive". 


A Washington, la Maison Blanche a promis de partager les conclusions du rapport demandé par M. Obama avec les élus du Congrès en précisent que certaines informations très sensibles pourraient ne pas être communiquées au grand public."Il faut être clair: il ne s'agit pas d'une tentative visant à remettre en cause le résultat de l'élection", a part ailleurs précisé Eric Schultz, porte-parole de l'exécutif américain. Début octobre, le département de la Sécurité intérieure (DHS) et la direction du renseignement (DNI) avaient déjà conclu que la Russie avait piraté les comptes de personnalités et d'organisations politiques dans le but "d'interférer dans le processus électoral américain". 

En vidéo

Donald Trump : quelle politique étrangère ?

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques