Présidentielle en Autriche : Norbert Hofer, le visage "sympathique" de l'extrême droite

PORTRAIT - Nobert Hofer brigue ce dimanche la présidence autrichienne sous l'étiquette du FPÖ de Jörg Haider. Âgé de 45 ans, cet ancien ingénieur en aéronautique pourrait bien devenir le premier président d'extrême droite en Europe.

Norbert Hofer tient sa revanche. Six mois après l'annulation de l'élection présidentielle en Autriche en raison d'un vice de forme, le candidat d'extrême droite affronte ce dimanche dans les urnes son rival écologiste. Le dirigeant du parti anti-immigration FPÖ, qui avait été battu sur le fil par Alexander Van der Bellen au second tour du scrutin invalidé, n'est ainsi une nouvelle fois plus qu'à une marche du pouvoir, ce qui lui permettrait de devenir le premier président d'extrême droite de l'Union européenne.

Certes, la fonction de président est avant tout honorifique en Autriche. Mais une victoire de Norbert Hofer témoignerait du retour en force du FPÖ dans le pays. Une irrésistible ascension rendue possible grâce à celui qui incarne l'aile libérale du parti et symbolise de sa dédiabolisation. Au fil d'une campagne à l'issue de laquelle les deux candidats sont au coude-à-coude dans les sondages, ce vice-président du Parlement a en effet peu à peu gommé l'image sulfureuse qui collait à la formation de Jörg Haider, et qui avait présenté en 2010 une candidate proche des milieux néonazis. Avec Norbert Hofer, l'extrême droite autrichienne a ainsi évité tout dérapage.

"La burqa, symbole de l’oppression des femmes"

"Discret jusqu'à présent, Norbert Hofer défend les positions de Heinz-Christian Strache (ndlr : le patron du FPÖ), mais avec une patte de velours", relevait il y a six mois après le premier tour le quotidien Österreich, soulignant qu'il "engrange des voix grâce à son aspect sympathique". Un aspect qu'il a encore travaillé lors de la campagne pour cette nouvelle élection. Norbert Hofer vient ainsi d'appeler les membre de son parti à renoncer au port du bleuet à la boutonnière, qu'il a lui-même arboré dans le passé : il a expliqué en avoir "assez" qu'on assimile cette fleur au signe de reconnaissance des admirateurs d'Hitler avant 1938, alors que ce symbole "existait avant" cette période.


Réputé pour sa courtoisie et pour sa présentation impeccable, ce père de famille – il a quatre enfants – n'en demeure pas moins un farouche défenseur des idées de son parti. "Pour moi, la burqa est un symbole de l’oppression des femmes, tout comme le foulard", a-t-il ainsi martelé en avril, estimant au passage que l'Autriche devait quitter l'Europe. Autant de discours prononcés avec un revolver à la ceinture, selon le Telegraph.

Des convictions acquises au fil d'une longue carrière au sein du FPÖ. Norbert Hofer a sa carte du parti depuis 22 ans. Une formation dans laquelle celui qui a aujourd'hui 45 ans a fait ses armes aux côtés de Heinz-Christian Strache, qui tient les rênes depuis le départ de Jörg Haider en 2005. En 2011, il prendra la plume pour rédiger le programme du FPÖ.


Quelques années plus tard, l'ingénieur aéronautique, qui se déplace désormais avec une canne à cause d'un accident de parapente, se retrouve donc aux portes du pouvoir. Pour un rôle symbolique, puisqu'en Autriche le président ne participe pas à la gestion au quotidien du pays. Mais il dispose de pouvoirs formels étendus : il est le chef des armées, nomme le chancelier et peut dans certaines circonstances dissoudre le Parlement. Au cours de sa première campagne, Norbert Hofer avait ouvertement menacé, s'il était élu, de recourir à cette possibilité si la majorité ne suivait pas ses recommandations concernant notamment le dossier des migrants.

L'Autriche pourrait élire le premier président d'extrême droite de l'UE

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques