Primaire républicaine : Ben Carson abandonne

Primaire républicaine : Ben Carson abandonne

GAME OVER - Le républicain Ben Carson jette l'éponge. La course à la présidence aura eu raison de cet ex-neurochirurgien, star de sa profession et amateur de polémiques en tout genre. Retour sur le parcours de cet homme.

Le neurochirurgien à la retraite Ben Carson a officialisé vendredi 5 mars son départ de la course à l'investiture républicaine pour la Maison Blanche. Ce secret de polichinelle (il avait déjà déclaré se mettre en retrait de la campagne présidentielle) a été acté lors de la grand-messe annuelle des conservateurs.

"Même si je quitte la campagne, il y a beaucoup de personnes qui m'aiment, elles ne votent simplement pas pour moi", a-t-il déclaré, promettant au passage qu'il resterait "toujours profondément engagé pour tenter de sauver notre pays". Seul candidat noir en lice pour la succession d'Obama, Carson, 64 ans, n'avait jamais exercé de mandat politique avant de se lancer. Une fraîcheur qui lui avait permis d'occuper le deuxième rang dans les sondages entre septembre et décembre 2015. Las, les huit délégués (Trump en a près de 300) réunis sur les quinze primaires républicaines ont fini par lui couper la chique.

EN SAVOIR + >> CARTE INTERACTIVE - Etats-Unis : tous les résultats des primaires républicaines

Produit du rêve américain

Car le parcours de Ben Carson n'est pas anodin. Après une enfance difficile aux côtés d'une mère célibataire dans les quartiers pauvres de Detroit et Boston, il se tourne vers les études religieuses, où il excelle. Mais c'est en médecine qu'il va connaître son destin. Diplômé de l'Université du Michigan, il finit par intégrer le prestigieux hôpital Johns Hopkins de Baltimore et devient un des huit neurochirurgiens noirs du monde entier.

Ben Carson devient célèbre en 1987, lorsqu'il parvient à séparer deux frères siamois allemands, attachés à la tête, âgés de sept mois. Les deux bébés survivent. Une première mondiale. Son histoire sera adaptée au petit écran, avec Cuba Gooding Jr. pour y jouer le rôle du chirurgien. Une fiction qui serait assez loin de la réalité.

EN SAVOIR + >> Elections américaines : un mensonge nommé Carson

D'une polémique à l'autre

Puis vient le temps de la politique, Ben Carson devenant, chez les républicains, un expert en prise de positions polémiques. Comme lorsqu'il affirme qu'"être gay est un choix", que "des gens vont en prison hétéros et en ressortent homos" et, finalement, que le mariage gay est un chemin qui mène à la polygamie, à la zoophilie voire à la pédophilie... Pas besoin de rappeler que Carson est farouchement opposé à l'avortement, même en cas de viol ou d'inceste.

Mais il n'y a pas que l'homosexualité qui intéresse Ben Carson. Il a comparé l'ObamaCare, la sécurité sociale mise en place par Barack Obama, à l'esclavage. Et puis, histoire d'atteindre le point Godwin, le neurochirurgien a assuré que grâce au port d'armes des Etats-Unis, les Américains ne connaîtraient jamais le même sort que les juifs pendant la Shoah. Mais, même sans Ben Carson, les républicains ont encore de la réserve en ce qui concerne les propos les plus extrêmes.

A LIRE AUSSI  >> Les pires sorties de Donald Trump

Et aussi

Les tags

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques