Que sait-on des frappes françaises contre Daech en Syrie ?

Que sait-on des frappes françaises contre Daech en Syrie ?

RIPOSTE – La France a frappé dimanche soir des cibles précises à Raqa, le fief du groupe djihadiste Daech (Etat islamique). Des bombes ont notamment été larguées sur un poste de commandement de l'organisation.

C'est une première réponse aux attentats sanglants perpétrés vendredi à Paris. Les forces françaises déployées près de la Syrie ont frappé dimanche soir le fief de l'organisation terroriste Daech à Raqa, dans le nord du pays. Selon les informations transmises par le ministère de la Défense, 20 bombes ont été larguées dans la soirée sur des objectifs ciblés.

"Le premier objectif détruit était utilisé par Daech (acronyme de l'EI en arabe) comme poste de commandement, centre de recrutement jihadiste et dépôt d'armes et de munitions. Le deuxième objectif abritait un camp d'entraînement terroriste", a détaillé le ministère.

Des sites préalablement identifiés

L'opération a mobilisé douze appareils, dont dix chasseurs, partis simultanément des Emirats arabes unis et de la Jordanie. "Planifiée sur des sites préalablement identifiés lors des missions de reconnaissance réalisées par la France, cette opération a été conduite en coordination avec les forces américaines", a précisé le ministère.

De son côté, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui dispose d'un important réseau de sources en Syrie, a rapporté qu'une série de raids avait été menés sur la ville de Raqa dans la nuit. "Il y a eu au moins 36 explosions dans la nuit à Raqa, certaines causées par des frappes aériennes, d'autres par des explosifs", a rapporté lundi Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'OSDH. Parmi les cibles visées, l'OSDH a cité la "brigade 17", un camp d'entraînement incluant des dépôts d'armes.

"Les explosions ont secoué la cité entière"

"Les explosions ont secoué la cité entière. Il y a eu des raids au nord et au sud de Raqa", a ajouté le responsable de l'Observatoire, selon qui ces explosions pourraient provenir des raids lancés par des avions de combat français.

A LIRE AUSSI >> Frappes en Syrie : Hollande annonce la destruction d'un camp de Daech

Ces frappes sont sans commune mesure avec les quatre précédents raids français, qui ont mobilisé beaucoup moins de chasseurs et avaient visé des sites plus au sud en Syrie à Deir Ezzor. Ces premières frappes, qui ont eu lieu en septembre dernier, avaient ciblé deux centres d'entraînement de djihadistes susceptibles de mener des attaques en Europe. Les cibles ont ensuite été élargies à des sites pétroliers exploités par l'EI et ce dimanche à un poste de commandement.

Augmenter le partage de renseignements

Dimanche, le ministre de la Défense français Jean-Yves Le Drian et son homologue américain Ashton Carter ont convenu, lors d'un entretien téléphonique, d'augmenter le partage de renseignement.
L'action de la France en Syrie devrait s'intensifier dans les prochaines semaines avec le déploiement prévu en décembre du porte-avions Charles-de-Gaulle dans le Golfe qui, avec 24 appareils à bord, triplera sa capacité de frappes.

A LIRE AUSSI
>> DIRECT - Tous les événements en temps réel >> Notre dossier complet consacré aux attentats de Paris

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques