Raid contre "Jihadi John" : la "kill list" de David Cameron

Raid contre "Jihadi John" : la "kill list" de David Cameron

DirectLCI
ROYAUME UNI - L'armée américaine a annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi avoir ciblé "Jihadi John", le bourreau masqué décapitant des prisonniers dans des vidéos de l'EI. Cet individu se trouvait sur la liste établie cet été par le Premier ministre David Cameron, en compagnie d’autres terroristes.

La "kill list" de David Cameron va peut-être prochainement comporter un nom de moins. Si sa mort n’est "pas encore certaine", la disparition de "Jihadi John" dans un raid américain en Syrie ce jeudi permettrait au Premier ministre britannique de mettre à jour la liste de terroristes dangereux pour le Royaume-Uni, révélée en septembre dernier.

Cette liste aurait été établie au début de l'été dernier par les services de sécurité, et approuvée par l'exécutif au moment où a été prise la décision d'éliminer Reyaad Khan. Ce jeune homme était soupçonné par les services de renseignement de préparer un attentat terroriste sur le sol britannique. Originaire de Cardiff, il a été tué le 21 août par un drone de la Royal Air Force au moment où il était en compagnie de Ruhul Amin, 26 ans, également de nationalité britannique. Un sort identique sera réservée trois jours plus tard à Junaid Hussain, dans une frappe américaine. Toutes ces attaques ayant été menées sur le sol syrien.

A LIRE AUSSI >> Daech : "Militairement, les djihadistes français sont moins aguerris"

 Londres "déléguerait" la "neutralisation" aux Etats-Unis

Pour David Cameron, ces frappes étaient à l’époque justifiées car elles répondaient aux critères de l’autodéfense tel que l’article 51 de la charte des Nations Unies le prévoit. Problème : le pays n’est pas officiellement en guerre en Syrie, ce qui suscite des critiques depuis ces révélations outre-Manche en septembre dernier. Des attaques balayées d’un revers de main par Michael Fallon. Le ministre de la Défense avait en effet assuré que Londres "n'hésiterait pas" à mener d’autres raids à l'encontre d'autres cibles britanniques. Au total, ils seraient une dizaine dans le viseur du 10, Downing Street. Parmi eux se trouvait Mohammed Emzawi, alias "Jihadi John", qui aurait été tué ce jeudi.

A LIRE AUSSI >> Syrie : le bourreau de Daech "Jihadi John" aurait été tué au cours d'un raid

Sauf que le bourreau de l’Etat islamique n’aurait pas été abattu durant un raid britannique mais américain. Cette collaboration entre les deux pays aurait d’ailleurs un nom, révélé en 2013 par le Guardian  : la "disposition Matrix". Selon le quotidien, Londres "déléguerait" la "neutralisation" des terroristes anglais aux Etats-Unis des individus ayant une double nationalité. Une procédure qui permettrait à Londres selon le journal de se "défausser" d'un problème avec un de ses concitoyens surveillés par le MI5 ou le MI6, ses services de renseignements.

Plus d'articles

Sur le même sujet