Sommet sur la crise des migrants : l'UE ferme la "route des Balkans"

Sommet sur la crise des migrants : l'UE ferme la "route des Balkans"

CRISE - Les dirigeants européens se retrouvent lundi à Bruxelles pour un sommet extraordinaire sur la crise des migrants. En amont de cette rencontre, ils ont décidé dimanche de fermer la "route des Balkans" par laquelle transitent de très nombreux réfugiés pour se rendre dans le nord de l'Europe.

Régler la crise migratoire. Un nouveau sommet extraordinaire s'ouvre lundi à Bruxelles sur la gestion de l'afflux de migrants qui fuient la guerre en Syrie et en Irak. L'Union européenne doit notamment demander un effort supplémentaire à la Turquie et soutenir la Grèce, en première ligne dans l’accueil des réfugiés.

D'ores et déjà, les responsables européens ont décidé de fermer la "route des Balkans", par laquelle de nombreux migrants rallient l'Allemagne et la Scandinavie. La décision a été prise dimanche soir dans le cadre des discussions de préparation du Sommet. L'objectif est de "fermer dans les jours qui viennent la route des Balkans" par laquelle des migrants rallient l'Allemagne et la Scandinavie, a notamment confirmé un diplomate européen.

Limiter l'entrée des seuls demandeurs d'asile

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, souhaite trouver une solution à l'afflux de migrants en préservant l'intégrité de l'espace Schengen, remis en cause par la crise. Il prône ainsi de ne laisser entrer en Grèce que les seuls demandeurs d'asile, tandis que les migrants dits "économiques" seraient expulsés vers la Turquie - à qui reviendrait la charge de les expulser vers leurs pays d'origine. Ce plan vise notamment à lever d'ici la fin de l'année les contrôles frontaliers, réinstaurés de manière unilatérale au sein de l'UE.

En Grèce, la situation est particulièrement difficile. Plus de 30.000 migrants demeurent bloqués dans le pays dans des conditions misérables, en raison des restrictions imposées par plusieurs pays des Balkans. La Macédoine a réduit tout au long de la semaine le nombre des entrées de migrants, pour n'en accepter qu'une centaine dimanche. Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a qualifié dimanche d'"urgence absolue" le transfert de milliers de migrants vers d'autres pays de l'UE.

L'Union européenne doit rapidement débloquer une enveloppe de 700 millions d'euros sur trois ans pour aider la Grèce à faire face à la situation alors que 15.000 à 20.000 migrants continuent d'arriver chaque semaine de Turquie sur les côtes grecques au péril de leur vie. Dimanche, au moins 25 migrants, dont 10 enfants, sont morts dans un naufrage au large de la Turquie.

A LIRE AUSSI
>>
Sommet UE-Turquie sur les migrants : 5 chiffres qui disent l'ampleur de la crise
>> Migrants : que se passe-t-il exactement à la frontière entre la Grèce et la Macédoine ?

 

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques