Sous pression, le parc SeaWorld de San Diego supprime l'attraction des orques

Sous pression, le parc SeaWorld de San Diego supprime l'attraction des orques

DirectLCI
ETATS-UNIS – Sous le feu des critiques depuis la diffusion du documentaire "Blackfish", le parc d'attractions aquatiques SeaWorld de San Diego a annoncé la suppression du spectacle mettant en scène des orques.

Les orques ne sauteront plus dans le bassin de San Diego. Deux ans après la diffusion d'un documentaire à charge sur la captivité des orques dans les parcs d'attraction aquatique, l'un des plus emblématiques d'entre eux, le SeaWorld de San Diego (Californie), a annoncé la suppression progressive de son spectacle phare mettant en scène le cétacé noir et blanc.

Le groupe, qui embauche 23.000 personnes, a vu la fréquentation de ses onze parcs plonger depuis la diffusion du documentaire Blackfish qui a remporté un succès d'audience aux Etats-unis, mais aussi en France, et créé une vaste prise de conscience sur la situation de ces animaux marins dans les parcs d'attraction.

Une future loi pour interdire la captivité des orques

Ce reportage, réalisé par Gabriela Cowperthwaite, revient sur la mort d'une soigneuse du parc d'Orlando (Floride), tuée en 2010, en pleine représentation, par l'orque Tilikum. Connu pour être la plus grosse orque en captivité au monde, ce mâle, âgé de 32 ans, est un récidiviste. En effet, avant la tragédie de 2010, la baleine tueuse avait déjà pris la vie d'un dresseur au Canada et tué un spectateur en 1999. Le documentaire établit un lien entre les pulsions meurtrières de l'animal et ses conditions de captivité alors que sa dernière victime, Dawn Brancheau, était loin d'être une débutante. Au moment du drame, elle est même la soigneuse la plus expérimentée du grand parc d'Orlando.

EN SAVOIR + >> Une orque tue sa dresseuse en pleine représentation

Après avoir longtemps résisté à la pression médiatique et populaire sur la situation des orques en captivité, SeaWorld a donc décidé de renoncer à ce qui constituait jusqu'alors le clou du spectacle. "Nous ne nous limitons pas à un seul animal, à un seul spectacle ou à une seule attraction", a estimé le directeur général Joel Manby lors d'un point avec des investisseurs, affirmant que sa société travaillait à son repositionnement. Le groupe prévoit ainsi de remplacer le show des orques par une attraction "éducative".

Une décision qui ne satisfait qu'à moitié les défenseurs des animaux. Pour Jared Goodman, de Peta, s'il était nécessaire d'arrêter les "spectacles clinquants style cirque", Seaworld doit surtout "cesser de retenir les orques en captivité", juge le militant. L'annonce de SeaWorld intervient en outre en plein débat politique sur la situation de ces animaux. Adam Schiff, un parlementaire californien, vient en effet d'annoncer qu'il envisageait la rédaction d'un projet de loi interdisant progressivement de garder et d'élever les orques en captivité. "Les preuves démontrent sans conteste que les dégâts psychologiques et physiques sur ces magnifiques animaux dépassent de loin tout le bénéfice de leur exhibition", explique notamment le démocrate.

A LIRE AUSSI
>> SeaWorld touché coulé par le documentaire 'Blackfish'
>> Vu de Twitter : 'L'orque tueuse', un documentaire édifiant et bouleversant

Plus d'articles

Sur le même sujet