Syrie : 40 000 civils fuient les assauts à Alep

Syrie : 40 000 civils fuient les assauts à Alep

GUERRE - Les forces de Bachar al-Assad et la Russie ont lancé une offensive dans la région d'Alep, entraînant le départ de 40 000 civils. La moitié d'entre eux sont bloqués à la frontière turque, aggravant davantage la crise humanitaire liée à ce conflit.

Sous la couverture des raids aériens russes, l'armée de Bachar al-Assad affronte les rebelles syriens dans la région d'Alep, forçant 40 000 habitants à fuir l'offensive pour prendre la route de l'exode. Près de la moitié des réfugiés s'est retrouvée bloquée du côté syrien de la frontière turque, accentuant davantage le drame humanitaire suscité par cette guerre civile. "Environ 20.000 personnes sont rassemblées au niveau du poste-frontière de Bab al-Salama et quelque 5.000 à 10.000 ont été déplacées vers la ville d'Azaz", a déclaré Linda Tom, porte-parole du Bureau des affaires humanitaires de l'ONU.

Un drame humanitaire qui inquiète l'ONU

L'intensification des bombardements dans le ciel de la province d'Alep fait de ces derniers jours, les pires jamais observés depuis le début du conflit pour les habitants de la région. Les images de ce drame relayées par les réseaux sociaux, montrent la fuite de milliers de citoyens, dont des personnes âgées et des enfants. Si certains semblent avoir emporté le nécessaire, d'autres en revanche, ne portent aucun sac, aucune provision. Les civils continuent à payer le prix de ces affrontements.

"Environ 10 000 personnes venues d'Alep attendent aujourd'hui à la frontière pour entrer en Turquie. Les Russes bombardent sans répit, le régime bombarde sans répit. Mais le monde se tait", a déploré le président turc, Recep Erdogan, dont le pays a déjà accueilli quelque 2,5 millions de Syriens. "Les Russes disent avoir effectué 237 raids sur 900 cibles dans les quatre premiers jours de février. Mais l'offensive avait démarré plus tôt", a précisé le chercheur libanais Ziad Majed, spécialiste de la Syrie, dans les colonnes de l'Express.  La crise humanitaire inquiète fortement l'ONU et de nouvelles consultations ont récemment été organisées.

A LIRE AUSSI >> Syrie : Madaya, ville assiégée où les habitants meurent de faim

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques