Tatouages et vie de playboy : la réputation sulfureuse de Maha Vajiralongkorn, le nouveau roi de Thaïlande

Tatouages et vie de playboy : la réputation sulfureuse de Maha Vajiralongkorn, le nouveau roi de Thaïlande

PORTRAIT - Le Parlement thaïlandais a invité mardi Maha Vajiralongkorn, fils du roi défunt Bhumibol Adulyadej, à devenir le nouveau monarque. Alors que son père avait une image ultra-lissée de semi-divinité, cet homme de 64 ans est réputé imprévisible.

"Longue vie au roi ! " Après plusieurs semaine de délai, les députés thaïlandais ont fini par prononcer ces mots tant attendus, mardi, lors d'une séance exceptionnelle du Parlement. "J'invite le prince héritier Maha Vajiralongkorn à monter sur le trône pour devenir le roi du peuple thaïlandais", venait de déclarer Pornpetch Wichitcholchai, le président de l'Assemblée. 


 Depuis le 13 octobre et la mort du roi Bhumibol Adulyadej, considéré comme le ciment d'un royaume très divisé, le pays était en suspens. Maha Vajiralongkorn, son fils, avait en effet demandé de repousser de quelques semaines son acces­sion au trône. Mais il va enfin devenir le nouveau monarque, ce qui ne manque pas de susciter de nombreuses inquiétudes : ce militaire de formation, âgé de 64 ans, traîne une réputation sulfureuse. Il est plus connu pour ses frasques que pour son sens politique. 

Tatouages et "crop top"

Personnalité controversée, Maha Vajiralongkorn fait l'objet depuis des années de commérages dans tout le royaume de Thailande. Des rumeurs entretenues par le fait qu'il n'a pas donné d'interview depuis des années et parle rarement en public. Il a néammoins été épargné par les médias dans son pays. Et pour cause : la loi de lèse-majesté thaïlandaise peut faire valoir de longues années de prison pour atteinte à l'image de la famille du roi. 


Mais certaines photos, parues dans des médias étrangers, ont particulièrement inquiété en Thaïlande. Sur le tarmac de l'aéoroport de Munich, le 20 juillet 2016, Maha Vajiralongkorn était ainsi apparu dans une tenue pour le moins iconoclaste :  en "Crop top", couvert de tatouages et portant un débardeur blanc laissant entrevoir son nombril.  

Un "playboy" aux nombreuses femmes

Déjà en 2009, rapporte Geopolis, une vidéo amateur montrait l'héritier fumant la pipe à côté de son épouse d'alors, la princesse Srirasmi, habillée dans le plus simple appareil. Le couple fêtait ainsi l'anniversaire... de leur chien. Ce dernier, Foo Foo, a fini par être élevé en 2011 au rang de "maréchal en chef" de l’armée de l’air royale. 

Décrit comme un "libertin" et un "playboy" par The Daily Beast, Maha Vajiralongkorn a eu une vie sentimentale tumultueuse. Il se marie d'abord avec sa cousine, avec qui il a une première fille en 1978. Mais en parallèle, il entretient une relation avec Sucharinee, avec qui il aura cinq autres enfants. Il finit par divorcer de sa cousine et se marie avec sa maîtresse en 1984. Cette union prendra fin 12 ans plus tard, quand Sucharinee s'enfuira en Grande-Bretagne. Leurs enfants ne seront pas reconnus par le palais. 


En 2001, il épouse en secret une roturière : la princesse Srirasmi. Mais le destin n'est pas commode avec les femmes de l'héritier. Le couple divorcera 13 ans plus tard. Une séparation qui coïncide avec un scandale sans précédent, la famille de la princesse étant soupçonnée de corruption. Répu­diée, cette ex-serveuse vivrait désor­mais dans une maison isolée à l’ouest de Bang­kok. Et de nombreux membres de sa famille ont fini derrière les barreaux pour lèse-majesté. 


Maha Vajiralongkorn aurait depuis refait sa vie avec une jeune hôtesse de l’air de la Thaï Airways.

Un règne "a minima" ?

"Il aime sa vie à l'étranger, dépourvue de responsabilités. Il va sans doute régner à distance et laisser ses sœurs inaugurer les chrysanthèmes", a estimé auprès de l'AFP une politologue thaïlandaise, demandant à être citée sous couvert de l'anonymat. 


Maha Vajiralongkorn devrait surveiller les nominations à la tête de l'armée, au pouvoir depuis 2014, après un coup d'Etat réalisé au nom de la protection de la monarchie par des militaires soucieux de contrôler la scène politique. Mais certains analystes s'inquiètent de son apparente volonté de régner a minima. 


"Le roi Vajiralongkorn se désintéresse tout à fait de la chose publique et semble bien décidé à ne pas se conformer à l'exécution des tâches qui lui incombent en tant que roi", comme la promulgation des lois, a souligné Eugénie Mérieau, spécialiste de la Thaïlande à Sciences-Po Paris.

Plus d'articles

Les tags

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques