Terrorisme : quelle différence entre Daech et Aqmi ?

Terrorisme : quelle différence entre Daech et Aqmi ?

TERRORISME - Si leurs attaques se ressemblent, les objectifs et les revendications de Daech et Aqmi diffèrent. Qu'est-ce qui différencie les deux groupes terroristes ?

Alors que toutes les caméras du monde sont braquées sur le groupe Etat islamique depuis la tuerie de Charlie Hebdo, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) semble opérer un retour sanglant. Fondé en 2007 et affilié à Al-Qaïda après l’approbation d'Oussama Ben Laden, cette organisation terroriste que l'on avait relayée au second plan après les nombreux attentats perpétrés par l'EI en 2015, a repris les armes.

Aqmi a notamment fusionné avec le groupe Al-Mourabitoune qui a revendiqué la paternité des attentats de Bamako (Mali)  et de Ouagadougou (Burkina Faso) où 29 personnes ont perdu la vie. Pour Babacar Ndiaye, spécialiste des questions de sécurité et de terrorisme en Afrique de l'Ouest, les deux groupes djihadistes "sont en concurrence".

À LIRE AUSSI >> Prise d'otages à Bamako : qui se cache derrière cette attaque

La course à la terreur

Qu'est-ce qui différencie Aqmi de Daech ? Si leurs armes obtiennent les mêmes résultats, leurs modes opératoires, leurs revendications et leurs objectifs diffèrent. La prise d'otages est par exemple la signature d'Aqmi, alors que Daech trouve son compte dans la diffusion de vidéos de ses exécutions. Selon Babacar Ndiaye, la différence majeure entre les deux organisations terroristes réside dans la "portée de leurs actions".

"Daech veut instaurer son Califat" partout et conquérir le monde. "Le groupe terroriste a une vision globale en terme de terrorisme et les moyens qui vont avec." Il est l'auteur de "pratiques extrêmes" pour arriver à ses fins et "organise sa communication autour de ça". Son influence est telle, que "Boko Aram lui a prêté allégeance à un moment où il commençait à perdre du terrain face aux pays frontaliers". En somme, Daech voit loin et veut frapper fort pour que l'opinion internationale prenne en considération ses capacités.

À LIRE AUSSI >> Daech, Al Mourabitoune, Aqmi... les principaux leaders du terrorisme mondial

Vers une recrudescence d'attaques terroristes ?

A l'inverse, Aqmi semble "surenchérir" en ayant mené deux attaques presque simultanées dans deux capitales africaines. Son "retour" peut créer une forme nouvelle de violence, souligne Babacar Ndiaye, car le principe des terroristes "est d'attaquer une capitale et d'attendre les retombées médiatiques dans le monde". "Aqmi a une volonté de monter en puissance" et de concurrencer Daech. Selon le spécialiste, il y au sein des groupes terroristes, un renouvellement permanent de la stratégie.

En témoigne la présence de femmes au sein du commando qui s'est attaqué à Ouagadougou. Alors que Daech les réduit à l'état d'esclaves sexuelles ou que Boko Aram les entraîne à devenir de parfaites kamikazes, Aqmi les met au rang de soldats. Un message fort pour celles qui envisagent de partir faire le djihad et un moyen de prouver au monde, que le groupe ne recule devant rien.

Comme Daech a su tirer profit de la situation chaotique en Libye pour s'y installer, "Aqmi profite également des failles des pays africains pour franchir les frontières et passer d'un état à un autre librement". Comme son rival, le groupe a choisi de s'attaquer à des lieux touristiques prisés par les Occidentaux. "Une façon de s'attaquer au monde entier depuis l'Afrique", explique le spécialiste. Selon lui, il est possible que cette concurrence mène les deux organisations djihadistes à revoir leur stratégie et leur communication. Mais cette guerre des pouvoirs mènera-t-elle à une recrudescence des attentats dans le monde ? "Possible".
 

EN SAVOIR +
>>
Burkina Faso : assauts terminés après l'attaque terroriste, 126 otages libérés
>> PHOTOS - Retour sur l'attaque terroriste du 15 janvier
>> Coup d'Etat : que se passe-t-il exactement au Burkina Faso ?

>> Mali : au moins trois suspects recherchés après la prise d'otages


 

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques