Terrorisme : trop bavard et médiatique, Rachid Kassim puni et emprisonné par Daech ?

Terrorisme : trop bavard et médiatique, Rachid Kassim puni et emprisonné par Daech ?

PUNITION - Soupçonné de multiples liens avec des actions terroristes ou des tentatives de ce genre, le recruteur islamiste Rachid Kassim aurait été puni par les dirigeants de Daech pour sa trop grande présence médiatique.

Il est soupçonné d’être lié au meurtrier du couple de policier de Magnanville, aux assassins du père Hamel et d’être le recruteur derrière le commando de femmes de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Rachid Kassim est devenu l’un des visages de Daech en France. C’est lui qui était apparu dans une vidéo de menace contre la France et le président Hollande quelques jours après l’attentat de Nice, où il finissait par décapiter un otage. Via l’application de discussion cryptée Telegram, il participerait activement à l’embrigadement de nouveaux djihadistes.

Selon plusieurs sources corrélées par Le Parisien, sa trop grande présence médiatique et sur les réseaux sociaux aurait fini par déplaire aux chefs du groupe Etat islamique. "Des informations parvenues aux services français laissent entendre qu’il aurait été sanctionné par des responsables de l’EI après s’être trop exposé sur la messagerie cryptée Telegram", raconte un membre du renseignement français au journal.

Une quinzaine d’adolescents avec qui il communiquait via l’une de ses chaînes Telegram ont pu être repérés et arrêtés à temps. Des échecs qui se seraient ajoutés à une plus grande liste de reproches. D’après les sources du Parisien, l’homme originaire de la Loire aurait même pu être emprisonné dans les geôles de l’organisation islamique. Selon une autre, il aurait été envoyé au front, sans que l’on sache avec certitude s’il est toujours en vie. Toujours est-il que sa chaîne de discussion "Sabre de lumière" a été désactivée récemment.

Rachid Kassim, ennemi public N°1

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques