Uber : un nouveau dirigeant démissionne 7 mois après son arrivée

Uber : un nouveau dirigeant démissionne 7 mois après son arrivée

DirectLCI
CRISE - L'entreprise-star du transport privé fait face ces derniers mois à une vague de démissions parmi ses cadres dirigeants. Dimanche, la société américaine a annoncé le départ de Jeff Jones, un expert en marketing venu pour améliorer l'image de la compagnie.

Uber traverse une mauvaise passe. Confrontée à une vague de démissions depuis plusieurs semaines, la multinationale du transport a annoncé, dimanche, le départ de Jeff Jones, l'un de ses cadres dirigeants, engagé il y a 7 mois pour améliorer l'image de la compagnie à l'international.


Ce spécialiste du marketing, chargé de superviser toutes les opérations internationales de la firme californienne, a déclaré à Reuters que "les convictions en matière de leadership qui ont guidé ma carrière ne sont pas compatibles avec ce que j'ai vu et vécu chez Uber". Début mars, l'entreprise avait annoncé être à la recherche d'un directeur général-adjoint, poste auquel Jeff Jones pouvait prétendre.


Ce départ est le dernier d'une série qui commence à devenir longue. En février, Uber a fait face au départ forcé de son ingénieur en chef, Amit Singhal, qui avait caché une plainte pour harcèlement sexuel qui le visait alors qu'il travaillait encore chez Google. Quant au reponsable de la cartographie, Brian McClendon, il a annoncé qu'il quitterait le groupe à la fin du mois de mars. 

Uber est au centre d'autres controverses ces dernières semaines. Les compétences de son directeur général, Travis Kalanick, ont été mises en cause par plusieurs observateurs, alors que ce dernier a été filmé en train de s'en prendre verbalement à un chauffeur qui dénonçait la baisse de sa rémunération. Le dirigeant a été contraint de s'excuser publiquement.

En vidéo

JT 20H - Le modèle Uber est-il déjà mort ?

Plus d'articles

Sur le même sujet