Un djihadiste néo-zélandais tweete accidentellement ses positions en Syrie

Un djihadiste néo-zélandais tweete accidentellement ses positions en Syrie

ÉTAT ISLAMIQUE - Mark Taylor, qui avait rejoint les rangs des combattants de l'organisation Etat islamique a oublié pendant plusieurs semaines, de désactiver le service de localisation de son portable. Il a posté une quarantaine de tweets grâce auxquels les internautes ont pu suivre son parcours.

Officiellement, il s'appelle Mark John Taylor et il est Néo-Zélandais. Mais depuis quelques mois, il est devenu Mohammad Daniel et est venu grossir les rangs de l'armée de djihadistes au service de l'organisation état islamique en Syrie. Mais ce combattant a encore un peu de mal à concilier sa nouvelle vie et ses anciens usages technologiques. 

Mark John Taylor, "Kiwi Jihadi" sur Twitter, a en effet posté de nombreux messages sur le réseau social, en oubliant de désactiver le service de localisation. Il ne s'est rendu compte de sa bourde qu'au bout de 45 messages et a effacé ses messages. Trop tard, le site Ibrabo, spécialisé dans l'usage terroriste des réseaux sociaux, s 'est chargé de faire des captures d'écran et a pu reconstituer l'itinéraire de l'apprenti soldat. 

Il avait brûlé son passeport

Ce dernier a donc été à Kafar Roma, à l'ouest de la Syrie, avant de se rendre dans le désert puis de rejoindre Al Tabqah, un des fiefs des djihadistes dans le pays . Ibrabo a même pu identifier une maison bien spécifique, dans laquelle Taylor serait resté du 3 au 10 décembre. "Son ignorance et l'ignorance d'autres combattants a été un avantage pour les agences de renseignement du monde entier qui peuvent suivre les progrès de l'ISIS" écrit Ibrabo.

Ce n'est pas la première fois que Mark John Taylor se fait remarquer dans les médias. Ce dernier, après avoir rejoint la Syrie en juillet dernier, avait brûlé son passeport. Mais il avait finalement changé d'avis et réclamé de retourner dans son pays. Les autorités néo-zélandaises lui avaient opposé une fin de non-recevoir

2014 a été l'année la plus meurtrière en Syrie depuis le début de la guerre. 76.000 personnes, dont des milliers d'enfants, sont morts pendant le conflit cette année, qui a été marqué par la montée en puissance de l'Etat islamique. Même triste constat pour l'Irak voisin, avec des violences qui ont coûté la vie à plus de 15.000 personnes, le bilan le plus sanglant depuis 2007.

EN SAVOIR + >> Comment contrer le djihad 2.0 ?

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques