Attentats en Catalogne : ce que l'on sait des attaques de Barcelone et de Cambrils

TERRORISME - Ce jeudi, un van a percuté la foule en fin d'après-midi, vers 17h30, sur les Ramblas, avenue emblématique de Barcelone. L'attaque, revendiquée par Daech, a tué au moins 13 personnes et blessé 100 autres. Une nouvelle attaque sur le même mode opératoire a été enrayée dans la nuit à 120 km au sud de la capitale catalane. Les"cinq terroristes présumés" ont été abattus par la police. Une femme blessée dans ce second attentat a succombé à ses blessures. Voici ce que l'on sait ce samedi.

Nuit de désolation en Catalogne. Ce jeudi, un van a percuté la foule en fin d'après-midi, sur Les Ramblas, l'avenue emblématique de Barcelone. Les autorités espagnoles ont rapidement confirmé qu'il s'agissait d'une "attaque terroriste". Cette attaque a causé la mort d'au moins 13 personnes et a blessé plus de 100 autres passants présents sur cette artère extrêmement fréquentée de la capitale catalane. 


Quelques heures plus tard, au cours de la nuit de jeudi à vendredi, une nouvelle attaque sur le même mode opératoire a été enrayée à Cambrils, à 120 km au sud de Barcelone, avec la mort des cinq passagers du véhicule, abattus par la police catalane. La police a fait savoir sur son compte Twitter qu'elle considérait cette attaque comme liée à l'attentat de Barcelone. Dans la journée, on a appris que l'une des 6 personnes blessées dans ce deuxième attentat, une femme, avait succombé à ses blessures. 


Lors d'un autre incident, que les autorités estiment désormais également lié à ces attentats, une explosion a fait un mort et sept blessés dans une maison à Alcanar, dont les habitants préparaient des explosifs à l'aide de bonbonnes de gaz. Au total, quatre suspects ont été interpellés.


Voici ce que l'on sait, point par point : 

Que s'est-il passé ?

Vers 17h30, une fourgonnette a foncé dans la foule et fauché sur son passage plusieurs personnes, sur les Ramblas, avenue située au coeur de Barcelone. Le mode opératoire de cette attaque, une voiture-bélier, n'est pas sans rappeler les attentats revendiqués par Daech à Nice, Berlin et plus récemment Londres. Un important dispositif policier a été déployé dans le centre de Barcelone pour retrouver l’auteur de l’attentat. 


Selon plusieurs témoins interrogés par LCI, la foule "a commencé à courir et à crier" sur les Ramblas et les gens "se sont réfugiés dans des magasins" quand d'autres "sont entrés dans la station de métro". Un numéro téléphonique spécial a été mis en place par les services d'urgence pour venir en aide aux victimes.


Plus tard dans la journée, le groupe djihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué l'attentat dans un communiqué diffusé par son agence de propagande Amaq et relayé par le centre américain de surveillance des sites djihadistes, SITE.


Puis, aux premières heures de la journée de vendredi, vers 2h locales, une Audi A3 a foncé dans la foule à Cambrils, sur le front de mer de cette station balnéaire à 120 km au sud de Barcelone. La voiture a été prise sous le feu d'une patrouille de Mossos d'Esquadra, la police catalane. 

Que sait-on des suspects ?

Quatre personnes ont été arrêtées. Mais aucune des quatre n'est le conducteur de la fourgonnette de l'attaque des Ramblas. Si les autorités affirment que ces hommes ont bien un lien avec l'attentat, elles ne précisent pas quels ont été leurs rôles. D'après la police catalane, un des suspects interpellés est un Espagnol né à Melilla (ville sous administration espagnole dans le nord du Maroc) et les trois autres sont Marocains.


Ces derniers ont été arrêtés à Ripoll, à une centaine de kilomètres au nord de Barcelone. Quant au suspect espagnol, il a été arrêté à Alcanar, à 200 km au sud de Barcelone. C'est dans cette localité qu'une explosion était survenue dans un logement la nuit précédente, faisant un mort et sept blessés. Pour les enquêteurs, cette explosion est liée à l'attentat de Barcelone : "Nous soupçonnons qu'ils (les occupants) préparaient un engin explosif", a déclaré le porte-parole de la police. 


Les "cinq terroristes présumés" de l'attaque de Cambrils ont eux été neutralisés. Quatre d'entre eux ont été tués sur le coup à bord du véhicule, tandis que le dernier, grièvement blessé, est mort quelques minutes plus tard. Seules trois identités ont pour l'heure été révélée : il s'agit de jeunes Marocains âgés de 17, 18 et 24 ans qui étaient jusque-là recherchés. Parmi eux figurerait le frère d'un des suspects arrêtés. Les enquêteurs essayent de savoir si le conducteur de la camionnette de Barcelone fait partie de ces cinq hommes.


Les auteurs des attentats à Barcelone et Cambrils formaient un "groupe" et préparaient une "attaque de plus grande envergure", selon la police catalane. Cette dernière a établi un "lien" entre ce "groupe de personnes", "la location de véhicules" utilisés et les "quatre localités" catalanes au centre de l'enquête : Cambrils, Barcelone, Alcanar, et Ripoll.


"Ils préparaient un attentat ou plusieurs. L'explosion d'Alcanar a permis d'éviter (...) des attentats de plus grande envergure. Ils n'avaient plus les matériels dont ils avaient besoin pour commettre ces attentats de plus grande envergure", a expliqué la police catalane, estimant que les attentats de Barcelone et Cambrils avaient ainsi été commis de "manière plus rudimentaire, dans le sillage des autres attentats perpétrés dans les villes européennes, mais qu'ils n'étaient pas de l'amplitude espérée" par les djihadistes.


Un terroriste présumé âgé de 22 ans est toujours recherché, alors que le troisième véhicule loué par la cellule djihadiste est lui aussi toujours introuvable et pourrait avoir passé la frontière entre la France et l'Espagne. 

Qui sont les victimes ?

Le dernier bilan de l'attaque sur les Ramblas faisait état de 13 morts et plus de 100 blessés dont 15 dans un état très grave. En raison du nombre important de Français - résidents et touristes - présents dans la capitale catalane, le ministère des Affaires étrangères a rapidement mis en place un numéro d'urgence. Ce vendredi, le ministre de Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a annoncé que 30 Français ont été blessés, 14 sont toujours hospitalisés. Parmi eux cinq sont dans un état grave.


Selon les services de protection civile, les victimes de l'attentat sont au moins de 35 nationalités différentes. Voici celles qui sont confirmées pour le moment, sans indication du nombre de ressortissants concernés, ni de leur état :  allemande, algérienne, argentine, australienne, autrichienne, belge, marocaine, canadienne, chinoise, colombienne, cubaine, équatorienne, égyptienne, espagnole, américaine, philippine, française, britannique, grecque, néerlandaise, taïwanaise, hondurienne, roumaine, hongroise, irlandaise, italienne, koweïtienne, macédonienne, mauritanienne, pakistanaise, péruvienne, dominicaine, turque et vénézuélienne.


De son côté, le ministre belge des Affaires étrangères a annoncé qu'une Belge a été tuée dans l'attentat.


Dans l'attaque de Cambrils, une femme, parmi les six civils blessés par le véhicule, est décédée vendredi matin. Un policier a été légèrement blessé.

L'Espagne avait déjà été touchée par un attentat terroriste le 11 mars 2004, des bombes explosant dans des trains, faisant 191 morts.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Attentats de Barcelone et Cambrils

Plus d'articles

Sur le même sujet