VIDÉO - Crise au Venezuela : 20 morts dans les manifestations contre Maduro, deux journalistes français libérés

DirectLCI
ÉMEUTES - La vague de protestation ne faiblit pas au Venezuela. Onze personnes ont été tuées dans la nuit du jeudi 20 avril, ce qui porte le bilan à vingt morts. Par ailleurs, deux journalistes français qui étaient détenus depuis le 11 avril dans le pays ont été libérés et sont arrivés ce vendredi à Paris.

Le Venezuela n'en finit plus de s'enfoncer dans la crise. En trois semaines, les violences lors des manifestations de l'opposition contre le président Nicolas Maduro ont tué vingt personnes à Caracas. Rien que dans la nuit du jeudi 20 avril, le parquet a annoncé "la mort de 11 personnes", certaines électrocutées et d'autres tuées par balle. A l'image de Melvin Guaitan, dont le décès a été annoncé sur Twitter par Carlos Ocariz, le maire du quartier de Sucre où le drame a eu lieu.


"C'est avec une grande douleur que j'annonce la mort par balle de Melvin Guaitan, humble travailleur du quartier Sucre #Petare", a-t-il écrit. "Melvin a été assassiné à l'entrée du quartier '5 juillet' lors de la manifestation de (jeudi) soir. Nous exigeons qu'une enquête soit menée et qu'on punisse les coupables !", a affirmé l'édile, qui n'a pas précisé dans quelles circonstances l'homme avait été tué, s'il manifestait où non, ni qui est à l'origine du tir.

Une marche blanche "silencieuse" à la mémoire des victimes

Le Venezuela est secoué depuis le 1er avril par une nouvelle vague de manifestations de l'opposition, qui exige le départ anticipé du président socialiste Nicolas Maduro. Ces défilés tournent généralement à l'affrontement entre manifestants et 

forces de l'ordre, qui échangent tirs de gaz lacrymogènes et jets de pierre. Outre les vingt morts, environ 600 personnes ont été arrêtées, selon l'ONG Foro Penal.


Violences et pillages ont marqué la nuit du jeudi 20 avril à Caracas, après une nouvelle journée de protestations dans ce pays pétrolier plongé dans une grave crise économique. Jeudi, l'Union européenne a condamné les violences "très regrettables" 

survenues pendant les manifestations et a appelé à une "désescalade" pour "stopper la détérioration de la situation", tandis que le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a demandé "que tous les efforts soient faits pour réduire les tensions et empêcher de nouveaux affrontements".


Ce vendredi, les dirigeants de l'opposition ont appelé à de nouvelles manifestations dans tout le pays, ainsi qu'à une marche blanche "silencieuse", samedi 22 avril dans Caracas, à la mémoire des victimes des troubles. Lundi 24 avril doit avoir lieu un vaste "sit-in" pour bloquer le trafic routier à travers tout le pays.

En vidéo

Maduro, la salsa qui dérange

Deux journalistes de l'agence Capa libérés

Pendant ce temps, deux journalistes français de l'agence Capa, qui étaient détenus depuis le 11 avril au Venezuela, ont été libérés jeudi 20 avril. Les deux hommes sont arrivés ce vendredi matin à l'aéroport de Roissy. Sebastian Perez et Didier Barral  s'apprêtaient à regagner la France après avoir réalisé un documentaire pour Capa Presse sur la situation économique et sociale dans le pays lorsqu'ils avaient été arrêtés à l'aéroport de Caracas par des policiers vénézuéliens, et placés en détention "sous le prétexte infondé qu'ils transportaient de la drogue", selon Capa. Les autorités vénézuéliennes n'ont jamais rendu publiques les raisons de leur arrestation.


Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, a remercié son homologue Delcy Rodriguez "de sa contribution à ce dénouement". "Je renouvelle tout mon soutien aux journalistes qui, partout dans le monde, font vivre la liberté de la presse", a-t-il dit dans un communiqué.

Plus d'articles

Sur le même sujet