"La démocratie ne se fait pas dans la rue" : le message de Macron à "ceux qui manifestent" dans son interview à CNN

PREMIÈRE - Emmanuel Macron a accordé sa toute première interview internationale à CNN, mardi à New York. Dans cet entretien avec la chaîne d’information américaine, le président français, qui participe à l’Assemblée générale des Nations Unies, est notamment revenu sur ce qui l'oppose à Donald Trump mais aussi sur les tensions sociales en France.

"Son point de vue sur les relations internationales et sa relation avec Donald Trump". Pour vanter son exclusivité, CNN a fait résonner la bande-annonce. Quinze secondes d’images d’Emmanuel Macron, qui a accordé à la chaîne d’info américaine sa toute première interview internationale. Et son interlocutrice ne lui sera pas tout à fait inconnue : Christiane Amanpour avait été la correspondante de CNN le soir de son élection en mai dernier et n'avait pas caché sa joie sur des images qui avaient fait le tour de la toile.


Présent à New York pour l’Assemblée générale des Nations Unies à la tribune de laquelle il est monté, le président français a enregistré son entretien avec la star de la chaîne, Christiane Amanpour, un peu plus tôt dans la matinée. Et le chef de l’Etat s’y est donc prêté de bonnes grâces, dans la langue de Shakespeare.

Ramener Trump dans l’accord de Paris

Si l’avis de Macron sur les enjeux internationaux intéresse les spectateurs de CNN, c’est sans doute un cran en dessous de ses rapports avec Donald Trump. Ce dernier a pourtant clamé qu’il était "très, très, très copain" avec lui. Mais le président français admet quelques points de divergence. "Notre premier désaccord concerne le climat. Je respecte le choix du Président Trump de se retirer de l’accord de Paris, même si je regrette sa décision", confie-t-il à Christiane Amanpour, tout en expliquant qu’il espère "le convaincre de revenir dans l’accord". "Après ces ouragans aux Etats-Unis et en France, nous pouvons constater les conséquences directes des émissions de CO2 et du réchauffement climatique", rappelle Macron.

Interrogé sur les relations plus que tendues entre Washington et Pyongyang, le pensionnaire de l’Elysée espère avant tout ramener le calme dans la région. " Regardez la carte : si nous envisageons une solution militaire, cela provoquerait de nombreuses victimes. Nous devons participer à la construction de la paix dans cette région. Nous devons faire baisser les tensions et protéger les citoyens de la région." Et de rappeler que toutes les discussions ont été arrêtées avec la Corée du Nord il y a des années : "Quel a été le résultat ? Ils détiendront probablement l’arme nucléaire. Ma position sur l’Iran vis-à-vis du Président Trump est de ne pas reproduire cette situation."

En vidéo

E. Macron évoque la Corée du Nord à l'ONU

Brigitte, "mon équilibre personnel"

Si la situation internationale est au cœur de cet entretien, la situation dans l’Hexagone intéresse tout autant les Américains. Alors que la rentrée sociale est marquée par de nombreux mouvements de contestation passés ou à venir, Emmanuel Macron veut garder le cap. "Je vais appliquer mes réformes pour la France. Je crois en la démocratie, mais celle-ci ne se fait pas dans la rue", martèle-t-il, assurant se moquer de sa popularité. "Mon pays fait face à un taux de chômage de 10% dont près de 25% auprès des jeunes. Je respecte ceux qui manifestent, mais je respecte aussi les électeurs français qui ont voté pour le changement. Ce qui est important est de tenir mes engagements et de les expliquer. Il est impossible d’avoir une France forte sans une économie robuste". Et de clamer : "La différence avec mes prédécesseurs est que je vais expliquer mes réformes."


Et s’il parvient à remplir sa mission, il le sait qu’il le doit aussi à sa femme, Brigitte. "L’amour fait partie de ce qui garantit mon équilibre personnel. J’ai la chance d’avoir une personne qui me dit la vérité chaque jour."

 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Plus d'articles

Sur le même sujet