VIDÉO - Ils étaient retenus en otages depuis 2012 : une famille américaine libérée des talibans

DirectLCI
HAPPY END - Joshua, Caitlan Boyle et leur trois enfants ont été libérés ce jeudi par l'armée pakistanaise. Le Canadien et sa femme américaine étaient retenus en otage depuis 2012.

Elle était retenue en otage depuis 2012. Ce jeudi, l’armée du pays a annoncé dans un communiqué la libération d’une famille nord-américaine lors d'une opération militaire. Celle-ci a aussitôt été saluée par Donald Trump comme une nouvelle marque de "respect" adressée aux Etats-Unis par le Pakistan. "Je veux remercier le gouvernement pakistanais. Nous voulons remercier le Pakistan. Ils ont travaillé très dur, et je pense qu'ils commencent à de nouveau respecter les Etats-Unis. C'est très important", a-t-il déclaré devant la presse jeudi. Le Canada, lui aussi, s’est rapidement dit "soulagé" de la libération de son ressortissant Joshua Boyle, de son épouse américaine Caitlan Coleman et de leurs jeunes enfants.

Josh a dit qu'il se portait plutôt bienPatrick Boyle, le père de Joshua Boyle

Joshua était connu pour avoir épousé en 2009 Zaynab Khadr, la soeur d'Omar Khadr, un Canadien capturé à l'âge de 15 ans au Pakistan et longtemps emprisonné à Guantanamo. Leur mariage n'avait duré qu'un an et l'homme s'était à nouveau uni, en 2011, à Caitlan. Il la connaissait depuis l'adolescence. Ils étaient partis pour un voyage de six mois à travers d'anciennes républiques soviétiques d'Asie centrale et étaient finalement arrivés en Afghanistan, où ils avaient été kidnappés par les talibans et remis au réseau allié Haqqani, au Pakistan.

Mi-2016, les parents de la jeune femme avait appelé les talibans à libérer la famille dans un message vidéo. Il avait reçu quelques mois plus tôt, en 2015, une lettre de leur fille, authentifiée par un expert, leur annonçant qu'elle avait donné naissance à deux garçons en captivité. En décembre 2016, Joshua et Caitlan étaient apparus avec deux de leurs enfants dans une vidéo diffusée par les insurgés afghans. Ils appelaient alors à l’aide Barack Obama, alors président des Etats-Unis, et Donald Trump. En cours de rapatriement, Joshua a déjà pu parler à ses parents au téléphone. "Josh a dit qu'il se portait plutôt bien pour quelqu'un qui a passé les cinq dernières années dans une prison souterraine", a témoigné son père Patrick Boyle au journal local "The Star", après s'être entretenu avec son fils.

Une libération qui tombe à pic ?

L'opération militaire pakistanaise, menée avec l’appui des renseignements américains, intervient au moment où deux des plus proches conseillers de Trump, le secrétaire d'Etat Rex Tillerson et son collègue de la Défense, James Mattis, s'apprêtent à se rendre au Pakistan. Cette double visite viserait à faire comprendre aux Pakistanais que leur soutien à des groupes djihadistes doit cesser. La relation entre les Etats-Unis et le Pakistan est particulièrement tendue depuis 2011 après le feu vert donné par Barack Obama pour l'opération qui a conduit à la mort d'Oussama Ben Laden à Abbottabad, une ville de garnison pakistanaise.

Plus d'articles

Sur le même sujet