Vive polémique en Chine après le suicide par défenestration d’une femme enceinte

Vive polémique en Chine après le suicide par défenestration d’une femme enceinte

POLÉMIQUE – Un vif débat agite la Chine après le suicide, fin août, d'une femme enceinte qui, après s'être vu refuser une césarienne malgré d'intenses douleurs, s'est jetée d’une fenêtre de l'hôpital où elle devait accoucher. La famille et le personnel de santé se rejettent la responsabilité.

Ma Rongrong venait de perdre les eaux. Elle avait 26 ans. A la fin du mois d'août, cette Chinoise de 26 ans s'est défenetrée du cinquième étage de la maternité du Yulin (Nord du pays) où elle devait accoucher car elle n'aurait pas supporté les souffrances engendrées par les contractions. Un intense débat agite, depuis, le pays après ce suicide.


Ma Rongrong est morte sur le coup ainsi que le bébé qu'elle portait. Depuis, la famille et le personnel hospitalier se rejettent la responsabilité quant aux raisons du refus de la césarienne. L’établissement assure que le mari de Ma Rongrong, à qui elle avait donné procuration, n'a pas donné son accord et que les médecins n'ont pas pu aller contre sa décision. Ce dernier affirme à l’inverse avoir accepté l'intervention, mais que le médecin l'a jugée inutile.

En vidéo

La vidéo qui divise la Chine d'un policier plaquant une femme au sol en envoyant son enfant à terre

Des images de vidéosurveillance dévoilées

La controverse a connu un nouveau rebondissement cette semaine avec la fuite sur internet d'une vidéo de surveillance (voir le tweet ci-dessous) montrant Ma Rongrong à genoux dans un couloir de l'hôpital. Selon la direction de l'établissement, les images prouvent que la jeune femme implorait ses proches d'accepter la césarienne. Pour sa famille, elle n'a adopté cette position que pour soulager sa douleur.

Les internautes et les médias, eux, s'interrogent : comment cette intervention chirurgicale, extrêmement banale dans l’Empire du Milieu, a-t-elle pu être refusée à la principale concernée, la femme enceinte ? Sur le web, beaucoup pensent que la famille n'avait peut-être pas les moyens de payer – un problème récurrent en Chine, où les frais médicaux peuvent être hors de portée des plus modestes.

Ce type de système et ce type de famille engendrent de telles tragédiesUn internaute sur le réseau social Weibo

Certains pointent également la responsabilité du gouvernement, qui encourage les hôpitaux à réduire le taux de césariennes, la Chine étant déjà l'un des pays au monde où le recours à cette pratique est le plus élevé. "Les hôpitaux veulent limiter les césariennes et les familles ne veulent pas dépenser d'argent", déplore par exemple un internaute sur le site de microblog Weibo, relayant une impression largement partagée sur les réseaux sociaux. "Ce type de système et ce type de famille engendrent de telles tragédies." 


Certains dénoncent également les valeurs traditionnelles de la famille en Chine, en vertu desquelles une femme enceinte subit souvent l'influence toute puissante de son mari et de sa belle-mère. "Pourquoi un hôpital ne pourrait pas réaliser une césarienne ?", s'emportait un autre internaute, tout en s’interrogeant : "Simplement parce que sa famille n'est pas d'accord ? C'est quoi ces règles ?"

Plus d'articles

Sur le même sujet