Affaire Morandini : une nouvelle plainte pour harcèlement sexuel et travail dissimulé

Affaire Morandini : une nouvelle plainte pour harcèlement sexuel et travail dissimulé

L'affaire Morandini

Voir
COUAC - Alors que le présentateur est toujours sous le coup d’une mise en examen pour corruption de mineurs aggravée, une nouvelle plainte a été déposée à son encontre pour harcèlement sexuel et travail dissimulé par des acteurs de la web-série "Les Faucons", laissant planer le doute sur son retour annoncé à l’antenne de CNews.

Laissé sur le banc de touche après la grève historique d’iTELE en octobre et novembre dernier (la plus longue de l’histoire de l’audiovisuel privé), Jean-Marc Morandini comptait bien retrouver sa place à l’antenne cette année sur la chaine d’information rebaptisée CNews. Gérald-Brice Viret, directeur général des antennes du groupe Canal+ et directeur de Canal+, annonçait le 23 févier dernier un retour de l’animateur après la présidentielle. Mais ses ennuis judiciaires pourraient bien le rattraper et mettre un terme à ses aspirations médiatiques.


Une nouvelle plainte, avec constitution de partie civile, a en effet été déposée à son encontre ce jeudi, pour harcèlement sexuel et travail dissimulé, selon des informations du Parisien et du Monde. Il s’agit de la troisième plainte à laquelle doit faire face le présentateur, toujours pour la même affaire. Retour sur les faits.

Eté 2016 : la révélation de l’affaire

En juillet dernier, le magazine Les Inrocks dévoile une enquête très documentée sur les pratiques de Jean-Marc Morandini et notamment le recrutement plus que sordide des acteurs de sa web-série "Les Faucons". A l’arrivée au casting, les jeunes comédiens sont invités à se dévêtir et à se masturber. Des mails insistants auraient également été envoyés par une certaine Catherine Leclerc, directrice de casting, testant "les limites de chacun" et invitant même parfois à "faire une fellation à JMM, qui n’est pas n’importe qui" (sic). L'enquête parle également de travail dissimulé, trois heures de tournage n'ayant pas été payées.


La justice ouvre alors deux enquêtes. L'une, ouverte début août pour "harcèlement sexuel et travail dissimulé", est confiée aux policiers de la Brigade de répression de la délinquance et concerne cinq plaignants, des acteurs ayant passé le casting pour "Les Faucons". La deuxième pour "corruption de mineurs",  concerne un autre plaignant, sans lien avec la web-série, et est confiée à la brigade de protection de mineurs de la police judiciaire parisienne.

Un classement sans suite, une mise en examen et deux nouvelles plaintes

Jean-Marc Morandini sera mis en examen pour la deuxième affaire le 23 septembre. La plainte des cinq acteurs est, quant à elle, classée sans suite raison d’ "infractions insuffisamment caractérisées". Mais le combat se poursuit.


Une deuxième plainte pour "harcèlement sexuel" et "travail dissimulé" avec constitution de partie civile est déposé par Me Vallat, avocat de trois plaignants le 20 janvier dernier et pour qui le classement sans suite est "incompréhensible". A celle-ci s’ajoute donc depuis jeudi une troisième plainte déposée par l’avocat de deux acteurs, Me Laurent Cailloux-Meurice. Les ennuis judiciaires du présentateur ne sont donc pas terminés.

En vidéo

Retour sur l'affaire Morandini

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'affaire Morandini

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques