Attentat raté sur les Champs-Elysées : l'arsenal témoigne de la "préparation indiscutable d'une action violente"

Attentat raté sur les Champs-Elysées : l'arsenal témoigne de la "préparation indiscutable d'une action violente"

DÉCLARATIONS - Le procureur de Paris François Molins tient une conférence de presse ce jeudi suite à la tentative d'attentat aux Champs-Elysées le 19 juin dernier. Lundi, Adam D., 31 ans, a foncé avec son véhicule sur un fourgon de gendarmerie sans faire de blessés. L'assaillant est lui décédé.
Live

A ce stade de l'enquête, François Molins explique qu'il y a encore beaucoup de questions qui se posent sur cet homme fiché S. Mais selon "selon toute vraisemblance", il voulait "faire de son véhicule un engin explosif", a résumé le procureur. 

L'assaillant a également fait plusieurs séjours en Turquie, explique le procureur. Voyages qu'il a justifiés par ses activités professionnelles dans le commerce du minerais, poursuit François Molins. 

Le procureur indique qu'Adam D. a fait l'objet d'une fiche de recherche en septembre 2014 par la Tunisie pour des soupçons de terrorisme. 

"Au printemps 2015, il est signalé pour avoir été contrôlé à la frontirèe greco-turque (...) et un moins plus tard, (au même endroit) sur le chemin retour". 

Le procureur déroule le parcours d'Adam D. qui est né à Argenteuil et s'est marié en 2009. Il a eu deux enfants. "Il est inconnu au TAG (traitement d'antécédents judiciaires) et n'avait aucune mention au casier judiciaire", déroule le procureur. 

Le procueur indique qu'Adam D. était seul à bord de son véhicule lorsqu'il est passé à "14h50 pont de Grenelle vers la tour eiffel", il est ensuite passé devant le "quai branly" avant d'arriver au "pont des invalides" et à "15h39, avenue des Champs-Elysées" où il a percuté le fourgon de gendarmes. 

Au cours de la perquisition à son pavillon a été retrouvé dans la cave un vériatable arsenal : poudre de munition, fusil à pompe, couscoussière entourée de scotch, machettes, deux talkies, un sac contenant du coton des produits, fusil à lunettes... Un stock d'armes qui témoigne de "la préparation indiscutable d'une action violente", indique François Molins. 

"Un briquet dans le vide poche central ainsi qu'un briquet dans sa poche" a également été retrouvés. 

Le procureur détaille l'arsenal impressionnant retrouvé dans la voiture de l'assaillant : "deux bouteilles de gaz de 13 kilos chacune, pleines et toujours dotées de leur opercule de sécurité, une besace calcinée qui contenait de très nombreux projectiles ressemblant à des ogives. (...) Plusieurs cartons contentant des (+ de 9000) cartouches, un pistolet, une carabine, plusieurs couteaux et une lampe taser (...) ainsi qu'une arme de poing sur lui."

L'assaillant dit aussi dans cette lettre-testament avoir "pratiqué le tir sportif pour sa préparation au djihad". 

Un "arsenal" a été retrouvé, indique le procureur ainsi qu'un testament, envoyé également à ses proches dans lequel il "dit avoir  prêté allégeance" au groupe Etat islamique. 

"Il n'y a eu aucun blessé mais cet acte n'en demeure pas moins mortifère"

Il n'y a aucun tir de riposte de la part des gendarmes, explique le procureur 

Après le choc, "une détonation se produisait à l’intérieur du véhicule (...) Une fumée orange s’échappait" 

"Neuf fourgons (de gendarmerie) descendaient les Champs-Elysées avant que le premier fourgon de ce convoi ne soit percurté par le côté avant droit par un véhicule qui roulait dans le même sens".

"Les Champs-Elysées ont pour la deuxième fois été le théâtre d’une action terroriste" 

Le procureur commence sa conférence de presse. 

Son père, son ex-épouse, son frère et sa belle-sœur avaient été interpellés lundi soir dans leur maison de Plessis-Pâté (Essonne) où la famille vit.

Quatre membres de la famille de l'assaillant ont par ailleurs été relâchés mercredi en fin d'après-midi après deux jours de garde à vue, sans être poursuivis.

La conférence du procureur de la République de Paris François Molins va bientôt débuter. 

Si le direct ne s'affiche pas, cliquez ici.

Lundi après-midi, Adam D. a percuté au volant de sa voiture un fourgon de la gendarmerie sur les Champs-Elysées, deux mois après l'assassinat d'un policier par un djihadiste, déjà sur la célèbre avenue parisienne. L'assaillant, qui est mort, n'a pas fait de blessés. 


L'homme de 31 ans avait prêté allégeance au groupe Etat islamique (EI) dans une lettre-testament. Deux bonbonnes de gaz sans dispositif de mise à feu, un fusil d'assaut ainsi que deux armes de poing et un stock impressionnant de munitions ont été retrouvés dans la voiture.

Le procureur de la République de Paris François Molins tient une conférence de presse ce jeudi à 15h30. Suivez en direct avec nous sa déclaration. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Attentat des Champs-Élysées

Plus d'articles

Sur le même sujet