Besançon : sans personne pour accompagner les prévenus, une audience  reportée

Besançon : sans personne pour accompagner les prévenus, une audience reportée

BUDGET - Vendredi dernier, près de quarante personnes ont dû être renvoyées chez elles après le report d'une audition prévue au tribunal de grande instance de Besançon. Selon la vice-procureur contactée par LCI, ce genre d'incident arrive très régulièrement faute de moyens.

Ils ont tout simplement été renvoyés chez eux. Vendredi dernier, une quarantaine de personnes venues soutenir la victime d’une grave agression au tribunal de grande instance de Besançon n’a pas pu assister à l’audience prévue. En cause, le manque de personnel pour accompagner les prévenus, qui avaient été placés en détention dans l’attente de leur comparution, rapporte L’Est Républicain. Le 26 juin dernier, ceux-ci, au nombre de trois, avaient suivi leur cible jusqu’à son domicile pour lui voler sa Maserati. La victime avait été rouée de coups.


Contactée par LCI, la vice-procureur de Besançon,  Alexandra Chaumet, assure que ce genre de désagrément peut survenir : "Cela se répète depuis un an ou deux, depuis que les extractions des prévenus ont été mises sur le budget de l’administration pénitentiaire, explique-t-elle. Cela permet aux policiers et aux gendarmes, qui étaient auparavant affectés à ces missions, de se consacrer à autre chose." 


Ce 1er août, la présidente du Tribunal de Grande Instance de Besançon, Yolande Rognard, a tenu à faire connaître son point de vue sur cette situation. Et de nous préciser que les audiences sont tenues normalement : "Les difficultés d'extraction des personnes détenues, pour réelles qu'elles soient localement ou au niveau national, si elles peuvent générer du retard, n'emportent pas d'ordinaire de renvoi d'audience", soulignant également que les délais d'audiencement sont passés de onze mois à sept mois. 


L’affaire en question a toutefois été renvoyée au 22 septembre prochain. 

Plus d'articles

Sur le même sujet