Coups de feu à Grasse : ce que l'on sait du tireur présumé, fasciné par la tuerie de Columbine

Coups de feu dans un lycée de Grasse

Voir
PROFIL – Le tireur présumé du lycée Tocqueville, à Grasse, serait un garçon de 16 ans. Son activité sur les réseaux sociaux laisse entrevoir quelques éléments de personnalité et une fascination certaine pour la tuerie de Columbine.

Qui est le jeune homme armé qui a fait irruption dans le lycée Tocqueville de Grasse (Alpes-maritimes), ce jeudi 16 mars en début d’après-midi, faisant au moins huit blessés légers ? L’enquête de police en cours devrait permettre d’en apprendre rapidement davantage, mais un examen des pages Facebook et YouTube du tireur présumé, jusqu'ici inconnu des services de police, permet de dresser, à défaut d’un portrait complet, au moins les premiers éléments de sa personnalité.


La page Facebook de l’adolescent, d’abord, est troublante. On y retrouve de très nombreuses images morbides issues de l’univers satanique, à base de personnages squelettiques lourdement armés. Ainsi qu’une vidéo, dans laquelle le jeune homme se filme portant un masque à gaz et un masque de clown satanique. Il pointe une arme non chargée (dont on ignore si elle est factice ou non) vers le spectateur, puis contre sa tempe. 

En guise de description, sous son nom et sa photo de profil, on découvre une mention étonnante : le jeune homme écrit en effet avoir étudié à la "fusillade de Columbine". 

Cette tuerie qui a fait 15 morts et 24 blessés, perpétrée par deux étudiants dans un lycée américain en avril 1999, semble fasciner le jeune suspect de Grasse. Un détour par son compte Youtube - où il se décrit comme "celui qui marquera l'histoire avec votre sang" - permet de s’en convaincre. En effet, la courte playlist de l’adolescent, qu’il a appelée "Columbine", ne contient que deux vidéos : un morceau musical intitulé "The anatomy of a school shooting" (littéralement, "anatomie d’une tuerie à l’école") ainsi que le film "Zero Day", sorti en 2003, dont l’intrigue est inspirée de la fusillade américaine. 

"Des croix gammées sur ses cahiers"

Contactés, plusieurs de ses contacts Facebook sont sans nouvelles de leur ami. L’un d’eux se décrit comme son "ancien meilleur ami", qui l’a "perdu de vue, depuis le lycée". Il se souvient néanmoins d’un "garçon très influençable et discret", qui "parlait tout le temps" de satanisme.  Mélanie, quant à elle, était l’une de ses camarades de classe en primaire, puis au collège, à Grasse. Elle aussi confirme les "tendances satanistes" du jeune homme. "Son look était toujours en noir, sa personnalité aussi", nous dit-elle. "Il dessinait des croix gammées sur ses cahiers et postait des images noires qui faisaient peur sur sa page Facebook. Il était super discret, timide, pas trop grande gueule. J’ai eu des bons souvenirs avec lui, c’était pas un gars méchant, mais je pense qu’en grandissant il a vrillé" poursuit-elle. 


Auprès de la presse, la procureure de Grasse a expliqué que "les motivations du tireur semblent liées à ses mauvaises relations avec d'autres élèves". Un autre de ses camarades, qui a assisté à la scène, nous confirme "deux disputes légères avec d'autres personnes", sans que jamais le jeune homme ne devienne "violent physiquement". 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Coups de feu dans un lycée de Grasse

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques