Le député Paul Giacobbi condamné à trois ans ferme pour détournement de fonds publics

Le député Paul Giacobbi condamné à trois ans ferme pour détournement de fonds publics

DirectLCI
JUSTICE - Le député de Haute-Corse Paul Giacobbi a été condamné mercredi à 3 ans de prison ferme ainsi que 5 ans d'inéligibilité pour détournement de fonds publics.

Le tribunal correctionnel de Bastia a condamné mercredi 25 janvier le député DVG Paul Giacobbi à 3 ans de prison ferme, 5 ans d'inéligibilité et 100.000 euros d'amende. Il était poursuivi pour détournement de fonds publics dans l'affaire des gîtes ruraux de Haute-Corse.


Au total, c'est plus d'un demi-million d'euros de subventions qui devaient être attribués entre 2007 et 2010, alors qu'il était président du Conseil général de Haute-Corse, pour rénover ou construire ces établissements. Mais tout cet argent a finalement été détourné vers une quinzaine de personnes, qui on été mises en examen, tout comme des élus et hauts fonctionnaires, comme le rappelle France 3 Corse.


Avec cette peine, le tribunal se conforme ainsi aux réquisitions du procureur de la République, Nicolas Besonne, qui pendant le procès a estimé que le député était "le grand ordonnateur de ce système qu'il a mis en place à son bénéfice exclusif".

Trois autres personnes condamnées

Selon un tweet de la chaîne régionale, l'avocat de Paul Giacobbi, Me Jean-Louis Seatelli aurait dénoncé un "assassinat politique". Et devrait donc faire appel de cette décision.


Dans cette affaire d'autres responsables politiques ont également été condamnés, précise France 3. C'est le cas de Thierry Gamba-Martini, l'ancien directeur général des services du Conseil général, condamné à  2 ans de prison avec sursis et 10 000€ d’amende, du conseiller général Pierre-Marie Mancini (3 ans de prison dont deux avec sursis et 5 ans d’inéligibilité) et le responsable du contrôle des gîtes ruraux Jean-Hyacinthe Vinciguerra (2 ans de prison dont un avec sursis et 5 ans d’interdiction d’exercer une fonction publique), que le procureur présentait comme l' "inspecteur des travaux pas finis".


Seul l'ancien conseiller général Jacques Costa a été relaxé dans ce procès. Il avait dénoncé les agissements de deux proches de Paul Giacobbi, membres de son cabinet dans cette vaste opération de détournement de fonds publics.

Plus d'articles

Sur le même sujet