Rennes :  3 hommes accusés d'avoir détourné des millions d'euros en piratant des distributeurs de billets

Rennes : 3 hommes accusés d'avoir détourné des millions d'euros en piratant des distributeurs de billets

DirectLCI
ESCROQUERIE - Trois hommes comparaissent au tribunal de Rennes pour avoir piraté les données de centaines de cartes de crédit grâce à de faux claviers installés sur des distributeurs automatiques. Des millions d'euros ont été volés aux victimes.

Ils ont entre 46 et 51 ans et sont tous trois jugés pour escroquerie au tribunal de Rennes. Soupçonnés d’avoir posé de faux clavier sur les distributeurs automatiques de plusieurs stations-services en France, ces hommes auraient volé des millions d’euros, rapporte Ouest France. Mais devant les juges, ils se défendent en assurant être des chefs d’entreprise sur la piste de bonnes affaires. Ils affirment même qu’ils cherchaient, au moment des faits, des voitures, des maisons… et des nains de jardins.

Une histoire vieille de 10 ans

Tout a débuté en 2007, à Louvigné-du-Désert, en Bretagne. Le 9 septembre, un homme rapporte qu’un retrait de 193 euros a été effectué sur son compte depuis l’Afrique du Sud. Or, il n’y est jamais allé, rapporte Ouest France. Des dizaines d’autres plaintes viennent alors s’ajouter à celle-ci. Toutes les victimes ont dernièrement fait le plein à la station essence de la ville.


Dans la foulée, la commune de Loudéac, à 150 kilomètres de là, reçoit le même type de plaintes. Là encore, les victimes ont toutes rempli leur réservoir de voiture à la même station. Chargés de l’enquête, les gendarmes découvrent un skimmer, autrement dit un dispositif électronique destiné à pirater les données bancaires, installé sur le distributeur automatique. Dissimulé sous un faux clavier, il enregistrait les pistes numériques des cartes. Encodées sur des cartes vierges, elles permettaient alors d’utiliser ces dernières sans le moindre souci.

Une carte des stations-services françaises piratées retrouvée en Bulgarie

Le skimmer saisi n’a rien d’artisanal. Selon les informations de Ouest France, il a été fabriqué de façon industrielle. C’est ce qui a mis les enquêteurs sur la piste d’une bande organisée internationale. Europol les a d’ailleurs dirigés, en 2007, vers Copenhague, où une escroquerie du même genre a été démantelée. Entre 2008 et 2009, quatre hommes ont été arrêtés en France et en Bulgarie. Actuellement poursuivis par le tribunal de Rennes, seuls trois d'entre eux se sont rendus à la barre. Une carte routière, comportant des annotations sur des bourgades françaises où des stations-services ont été piratées, a été retrouvée chez un suspect à Sofia, en Bulgarie. Malgré tout, les accusés plaident non-coupable. Leur jugement sera rendu mercredi soir.


En 2010, la police avait démantelé en région parisienne un gang d'escrocs qui utilisait cette même technique du skimmer. La bande avait piraté les données bancaires de 3.600 victimes, pour un préjudice de 800.000 euros. La police avait interpellé deux ressortissants bulgares à Saint-Mandé, alors qu'ils venaient récupérer leur skimmer. Même histoire à Lyon en 2012, où la police avait interpellé plusieurs ressortissants bulgares en flagrant délit. Ils avaient déjà fait des milliers de victimes.

Plus d'articles

Sur le même sujet