Il écope de trois mois de prison ferme pour avoir volé un fromage et frappé un vigile

Il écope de trois mois de prison ferme pour avoir volé un fromage et frappé un vigile

DirectLCI
PROCES - Le tribunal correctionnel de Toulouse a condamné ce lundi un homme de 22 ans à trois mois de prison ferme pour avoir volé un fromage et frappé le vigile qui tentait de l'interpeller. Devant le juge, il s'est justifié en affirmant qu'il n'avait alors rien mangé depuis trois jours.

C'est une décision "particulièrement sévère" selon son avocate. Le tribunal correctionnel de Toulouse a condamné lundi après-midi un homme à trois mois de prison ferme, rapporte La Dépêche du Midi. Ce ressortissant marocain de 22 ans était poursuivi pour vol en réunion avec circonstances aggravantes. 


Ce qu'on lui reprochait : avoir volé une bûche de fromage de chèvre dans un commerce de la ville. La justice l'accusait aussi d'avoir frappé le vigile au moment de son interpellation. Interrogée par LCI, son avocate, Clémence Durand, tempère : "L'agent de sécurité n'a pas eu d'ITT et il n'avait pas de blessures constatées". Son client avait ensuite été intercepté par les forces de l'ordre alors que son complice avait  quant à lui réussi à prendre la fuite.

Un homme déjà condamné à Cahors en mai dernier pour des faits similaires

Concernant le vol, l'homme s'est justifié devant les juges, affirmant que c'était la première fois qu'il agissait ainsi. Il a ajouté que cela faisait alors "trois jours qu'il n'avait rien avalé", que son casier judiciaire était vierge et qu'il n'était pas connu des forces de police. Sur la bagarre avec le vigile, Clémence Durand estime qu'il "a réagi violemment car il a eu extrêment peur de ce qui risquait de lui arriver une fois arrêté".  Selon elle, "c'était le geste d'un jeune homme désépéré."  Une peine de prison de cinq à huit mois de prison ferme avait été requise par le procureur. Finalement, le tribunal a donc condamné le fautif à trois mois de prison ferme, avec placement immédiat en détention.


En mai dernier, un sans-abri de 18 ans avait déjà été condamné pour s'être introduit dans une propriété privée de Figeac pour y voler du riz, des pâtes et une boîte de sardines. Il avait alors indiqué aux juges qu'il avait commis ce vol "par nécessité", car il avait faim. Le tribunal correctionnel de Cahors l'avait condamné à deux mois de prison ferme.

Plus d'articles

Sur le même sujet