Voiture de police brûlée à Paris : qui est Antonin Bernanos, l'étudiant condamné à 3 ans de prison ferme

DirectLCI
PORTRAIT - Le militant antifasciste Antonin Bernanos, devenu une figure de la mouvance d'extrême gauche, a été condamné ce mercredi à trois ans de prison ferme pour avoir été impliqué dans l'incendie d'un véhicule de police en 2016 en marge d'une manifestation contre la loi El Khomri.

Cette affaire avait eu une portée retentissante. Ce mercredi, le tribunal correctionnel de Paris a prononcé des peines allant jusqu'à sept ans de prison ferme contre sept personnes engagées dans l'attaque puis l'incendie d'une voiture des forces de l'ordre en mai 2016 pendant une manifestation contre la loi Travail, le tout sous les protestations de leurs partisans rassemblés dans la salle.


Si le tribunal a relaxé deux hommes qui étaient poursuivis pour avoir participé à cet attroupement violent, il a notamment infligé une peine de trois ans ferme pour violences aggravées au prévenu le plus scruté en la personne d'Antonin Bernanos, 23 ans et militant d'extrême gauche. Une issue qui indigne la mère d'Antonin, Geneviève Bernanos. "Les messages qui ont été donnés aujourd'hui à cette jeunesse sont désastreux" a-t-elle déclaré à LCI.  

Figure de l'extrême gauche

Pour l'accusation et les enquêteurs, il ne faisait aucun doute que cet ami de Clément Méric (tué par des militants extrémistes de droite lors d'une altercation en juin 2013), figure pour la mouvance d'extrême gauche [NDLR, douze poursuites judiciaires au compteur, dont onze conclues sur une relaxe ou un classement sans suite] est bien l'assaillant au visage dissimulé et vêtu de noir qui assène des coups de poing au policier Kevin P.  Selon le tribunal, Antonin Bernanos a ensuite fait exploser la lunette arrière du véhicule de police à l'aide d'un plot métallique.

En vidéo

Le "Kung fu cop" reçoit la médaille de la sécurité intérieure

Descendant d'écrivain

Antonin Bernanos n'est autre qu'un descendant  de l'écrivain Georges Bernanos (1888-1946) auteur de romans, de pamphlets et d'essais qui exploraient bien souvent le combat spirituel entre le bien et le mal. L'écrivain était aussi un fervent catholique, admirateur du Général de Gaulle et militant de l’Action française [NDLR, un mouvement politique d'extrême droite]. Ses convictions étaient donc situées à l'opposé de celles de son arrière petit-fils.

Pas mal d'aplomb

Cet étudiant en sociologie, plutôt bon élève et qui réside dans le quartier de Montparnasse à Paris, présente une allure assez conventionnelle. Avec ses lunettes austères, Antonin Bernanos a détonné avec le public (des jeunes arborant une coupe de cheveux rasta, des piercings et des tatouages) venu lui apporter son soutien. Lors de l'audience, il usait d’un vocabulaire soutenu, gardait constamment son sang-froid et conversait d’égal à égal avec les magistrats.

Plus d'articles

Sur le même sujet