Médiation. Des aides destinées aux employeurs et employés

Médiation. Des aides destinées aux employeurs et employés

En ce moment, vous parlez des contrats aidés en posant la question : doit-on les supprimer ? Vous vous placez toujours du côté du patron qui ne peut plus embaucher si on les supprime… Mais il faudrait aussi de penser aux salariés qui en ont bénéficié et qui se retrouvent au chômage après car l'entreprise l’a remplacé par un autre contrat aidé… LIRE LA RÉPONSE :

 Le nombre de contrats aidés diminuera encore cette année, ils étaient  518000 fin 2015, 310 000 en 2017 et devraient avoisiner les 200 000 en 2018. Une réduction drastique qui fait grincer bien des dents et que nos journaux ont décortiquée en zoomant sur les avantages et inconvénients de ces différents emplois financés par l’Etat. Ces aides à l’insertion professionnelle sont limitées de 6 mois à deux ans selon les secteurs d’activité. Elles permettent aux chômeurs longue durée, aux jeunes non qualifiés, plus généralement aux exclus du monde du travail de ne plus vivre en marge de la société. Mais, ce retour ou cette arrivée dans la vie professionnelle ne débouchent pas automatiquement sur un contrat durable. Dans le privé, 57 % aboutissent à un emploi stable contre 26% dans le public. Ce pourcentage de réussite a été clairement énoncé dans nos éditions et détaillé, plus précisément, dans la rubrique du 20H intitulée "La question du jour". Ces contrats aidés ne sont pas un remède miracle contre le chômage mais une main tendue, ponctuellement, aux personnes dans le besoin. Ils restent pour les collectivités locales, comme vous le sous-entendez dans votre mail et comme nous l’avons dit dans nos JT, une manne financière conséquente qui équilibre bien des budgets.

Plus d'articles

Sur le même sujet