Médiation. Rouler propre pour plus cher

Médiation. Rouler propre pour plus cher

J'ai regardé le reportage sur le déclin du diesel dans votre JT avec attention. Toutefois, je trouve critiquable le fait que seuls les véhicules hybrides et électriques ont été évoqués comme alternatives possibles, car il en existe d'autres qui mériteraient d'être développés davantage: ce sont les véhicules Flexfuel fonctionnant au superéthanol, au GPL ..etc Il est fort regrettable que vos JT passent systématiquement sous silence dans ce type de sujet ces énergies alternatives et renouvelables, qui ont toute leur place dans le bouquet énergétique français! Et c'est même tout à fait inacceptable! LIRE LA RÉPONSE :

Les énergies alternatives que vous mentionnez ont, il faut bien le reconnaitre, une place limitée dans nos JT. Elles n’en sont pas bannies mais n’y sont pas présentées comme un remède miracle aux soucis actuels de pollution automobile. Les nouvelles technologies qui laissent augurer des véhicules plus propres restent pour le grand public auquel nous nous adressons principalement hybrides et électriques. Les voitures qui fonctionnent  à l’éthanol, à l’hydrogène, au GPL ou autres n’ont guère la côte auprès des constructeurs, leur fabrication et, par conséquent, leur disponibilité sur le marché sont restreintes. Par ailleurs, vous semblez l’avoir oublié, l’actualité principale qui nous a conduits à évoquer ce sujet dans notre journal concernait la convergence entre les fiscalités du diesel et de l’essence et non les énergies de substitution. L’écart entre les deux carburants utilisés actuellement devrait être réduit d’ici deux ou trois ans, les taxes infligées à l’un seront bien supérieures à l’autre. Une hausse du prix à la pompe est à prévoir pour les 38 millions d’automobilistes, le diesel devrait augmenter de 10% et l’essence de deux fois moins. Quant à la voiture électrique, le véhicule de demain par excellence, sa batterie longue durée est encore à l’étude.

Plus d'articles

Sur le même sujet