Médiation. Un JT sans filtre

Médiation. Un JT sans filtre

DirectLCI
Les piscines des centrales nucléaires seraient vulnérables selon Greenpeace. Un téléspectateur nous écrit : "Vous êtes inconscients. Vous proposez aux Islamistes ou aux faibles d'esprit de faire sauter les centrales nucléaires en indiquant les points sensibles ! votre but est-il de faire faire des dizaines de milliers de morts en France et dans les pays limitrophes? Le journalisme est d'informer et non de faire la propagande de la mort à grande échelle non utilisée par les nazis. il y a des limites à tout." LIRE LA RÉPONSE :

Les zones sensibles d’une centrale nucléaire ne sont pas libres d’accès. Le personnel qui a le droit d’y pénétrer est trié sur le volet, une sélection drastique supervisée par les autorités de l’Etat. Il existe en France de nombreux sites soumis à de telles exigences, comme les installations SEVESO, par exemple, la vigilance près de ces complexes industriels a été considérablement étoffée depuis que la menace terroriste en a fait des cibles potentielles. Le risque a de multiples facettes et la sureté de ces endroits dangereux se peaufine depuis que les attentats ont endeuillé notre pays. Ainsi, depuis que des drones plus ou moins malveillants ont survolé  les réacteurs, un plan anti-drone a vu le jour, les cyberattaques sont également prises en compte dans les obligations sécuritaires. Greenpeace assure ne pas vouloir  "donner des idées à des groupes mal intentionnés et estime de son devoir d’alerter  le pouvoir "  de failles éventuelles dans son dispositif de surveillance. Les militants écologistes utilisent les médias pour atteindre l’opinion publique, nous faisons écho à certaines de leurs actions quand nous estimons qu’elles doivent être portées à la connaissance de ceux qui nous regardent. 

Nos JT relatent, décryptent et analysent les actualités du jour pleinement et non partiellement quand ces dernières répondent à notre devoir d’information.

Plus d'articles

Sur le même sujet