3 bonnes raisons de lire la BD "Daho, l'homme qui chante"

3 bonnes raisons de lire la BD "Daho, l'homme qui chante"

DirectLCI
BD – Pendant trois ans, Alfred et David Chauvel ont suivi Etienne Daho dans l'élaboration de son dernier album, "Les chansons de l'innocence retrouvée". Ils en ont tiré une bande dessinée aussi belle qu'originale, "Daho, l'homme qui chante" (Delcourt).

Parce que graphiquement, c'est un bel objet
Si le format s'y prêtait, la couverture de l'album aurait fait une très belle pochette de disque. Le dessinateur Alfred, Fauve d'or 2014 au Festival d'Angoulême avec son album Come Prima, possède un trait élégant et précis, qu'il lâche littéralement dans ces planches. Suivant le scénario de son compère David Chauvel, Alfred alterne au crayon de couleur lignes claires, brumes bleues et rouges, portraits nets et compositions presque fauvistes. Les proportions sont parfois étranges, mais quelle vie dans ces pages !

Parce qu'on apprend qu'un disque, ce n'est pas qu'un artiste en studio
Ce qui ressort de cette BD, c'est qu'Etienne Daho n'est pas un chanteur, mais un groupe. Avec des musiciens, des ingénieurs du son, mais aussi des producteurs, managers, responsables d'image, tous ces métiers de l'ombre qui sont décrits par les intéressés dans des pages passionnantes. Daho, visiblement fidèle en amitié, est toujours entouré de fidèles de la première heure, et n'hésite pas à rappeler d'anciens collaborateurs. Comme Jean-Louis Pierot, ex-Valentins et musicien de haut vol avec qui il avait travaillé sur l'album Corps et armes. Quinze ans après, l'alchimie fonctionnait toujours entre ces deux perfectionnistes.

A LIRE AUSSI >> Etienne Daho : "Je ne voulais pas mourir"

Parce qu'Etienne Daho s'y confie comme rarement
Comment crée Daho ? A Londres de préférence. Et dans la solitude. Avec un stylo et du papier pour jeter des paroles, et des rues pour marcher longtemps, casque sur les oreilles. Daho s'exprime à la première personne pour décrire son processus créatif avec sensibilité. Une chanson ne lui tombe jamais dessus d'un coup... Il revient brièvement sur la péritonite qui l'a plongé dans un état grave avant la sortie de son disque, pour mieux marquer l'attention et le respect qu'il porte à son équipe. Après ces confidences en BD, Daho en dira plus dans le documentaire Etienne Daho, un itinéraire pop moderne, inclus dans un double best of qui sortira le 6 novembre. Le film sera également diffusé le 21 novembre sur Arte.

Plus d'articles