Attentats de Paris : Joann Sfar veut en finir avec la ''culture de l'impunité''

Attentats de Paris : Joann Sfar veut en finir avec la ''culture de l'impunité''

COUP DE GUEULE - L'auteur du "Chat du Rabbin", qui a posté une série de dessins sur les attentats, s'insurge contre le manque de fermeté envers les jeunes radicalisés.

Face à l'horreur, il a tenu à s'exprimer. Après les sanglants attentats commis vendredi 13 novembre à Paris, Joann Sfar a dénoncé le manque de fermeté envers les jeunes radicalisés. Au micro d'Europe 1, ce dimanche matin, le dessinateur a évoqué un "mouvement massif qu'il ne faut pas identifier à l'islam, qui est un mouvement médiéval qui déteste notre façon de vivre, qui déteste notre façon d'être".

"Je rencontre des profs, des juges, des policiers qui arrivent à identifier dès l'enfance les individus qui veulent nous faire la guerre. On les identifie dès l'école maternelle avec les mamans qui viennent en niqab, qui mettent des gants pour serrer la main du professeur. Les professeurs le savent. Mais quand ils signalent un gamin, il ne se passe rien. Quand les flics essayent de faire quelque chose, il ne se passe rien. Les musulmans ont les mêmes problèmes que nous. Dans les quartiers où ils vivent, ils voient les mecs devenir tarés. Mais ils n'osent rien dire car ils savent que rien ne va se passer. Cette culture de l'impunité, il faut être capable de tirer un trait dessus", a expliqué l'auteur du Chat du Rabbin.

"Notre foi c'est la musique, les baisers, la vie, le champagne et la joie !"

"Les jeunes qu'on attrape [de retour de Syrie] n'ont droit qu'à une fiche de renseignement mise à jour aux RG, et à une heure de psy par semaine. Pourtant, tous les signaux tragiques étaient déjà là. Ces jeunes qui partent en Syrie et qui versent dans le radicalisme religieux, on est au courant. Simplement, on le sait, on le note, et on ne fait rien", a-t-il également avancé au Figaro.fr.

Dans la foulée des tueries, Joann Sfar a publié une dizaine de dessins sur son compte Instagram. On peut notamment y lire : "la France est un vieux pays où les amoureux s'embrassent librement. Paris est notre capitale. Nous aimons la musique, l'ivresse, la joie. Depuis des siècles, des amoureux de la mort ont tenté de nous faire perdre le goût de vivre. Ils n'y sont jamais parvenus.'' Sur un autre dessin, l'artiste, en réaction au hashtag pray for Paris apparu sur les réseaux sociaux, s'adresse en anglais aux ''amis du monde entier'' : ''Merci pour vos prières pour Paris mais nous n'avons pas besoin de davantage de religion ! Notre foi c'est la musique, les baisers, la vie, le champagne et la joie !''

A LIRE AUSSI >> Attentats à Paris : les réactions des stars continuent

9

Une photo publiée par Joann Sfar (@joannsfar) le

Plus d'articles

Sur le même sujet