"Dawa", le roman qui avait anticipé les attentats du 13 novembre

"Dawa", le roman qui avait anticipé les attentats du 13 novembre

DÉCLARATIONS - Julien Suaudeau a publié un long message dans lequel il revient sur son livre qui racontait en 2014 le projet, porté par un groupuscule islamiste, de six attentats terroristes simultanés dans Paris un vendredi 13.

La réalité a rattrapé la fiction. Sorti en 2014 aux éditions Robert Laffont, le roman Dawa, de Julien Suaudeau, apparaît aujourd'hui bien prémonitoire. Le dawa, c'est le bordel en argot c'est aussi Dawa al-Islamiya, le nom d'un groupuscule terroriste islamiste qui veut détruire Paris. Dans ce livre, salué par la critique, on découvre le projet d'un professeur algérien qui veut se venger de la France en organisant six attentats simultanés dans Paris le vendredi 13 mars 2014.

Sont visées : six grandes stations de métro, Montparnasse, Austerlitz, Saint-Lazare, gare du Nord, gare de l'Est, gare de Lyon. Pour mener à bien son projet, ce professeur recrute en banlieue des adolescents, Français de souche ou issus de l'immigration, à la dérive. ''Ils avaient choisi une date – vendredi 13 – qui parlait à la sous-culture imbécile dans laquelle ils baignaient depuis la naissance''.

Un Normand chez Daech

Quelques jours après les attentats du vendredi 13 novembre 2015, qui ont fait 129 morts, Julien Suaudeau s'est exprimé via un message publié sur le site du Nouvel Observateur. "'Vous voyez, je vous l’avais bien dit' : je sais ce que ce discours a d’intenable, d’inaudible, aujourd’hui plus que jamais. Je ne supporte pas plus qu’un autre les donneurs de leçons et ceux qui se vantent d’avoir raison avant tout le monde. Mais la tragédie n’oblige pas au mensonge. Je pressentais que quelque chose comme ça, de cette nature et de cette envergure, arriverait tôt ou tard en France (…) Dawa, c’était ma façon de prévenir", écrit l'auteur qui vit depuis 2006 aux Etats-Unis, où il enseigne le français.

''Le scénario catastrophe que j’avais imaginé dans mon livre était devenu réalité, avec des victimes réelles, des bombes réelles et des tueurs réels (…) Anéanti, le détour du romanesque et de la fiction. Anéanti comme toutes ces vies par la pulsion de mort d’hommes désertés par leur humanité. Le seul auteur qui vaille, dans un monde sans dieu, c’est le terroriste. Ce sont les terroristes de vendredi soir qui ont créé la réalité où nous vivons désormais. Ils ne nous laissent pas le choix: nous devons vivre dans ce cauchemar qu’ils ont créé, la mort au-dessus de nos têtes, le chagrin au cœur et la peur au ventre'', poursuit Julien Suaudeau qui a sorti en août dernier Le Français, toujours chez Robert Laffont. Dans ce second roman, il raconte l'histoire d'un jeune Normand pur souche qui cherche un sens à sa vie et va se transformer en bourreau de Daech.

A LIRE AUSSI >> Attentats : le témoignage poignant de Danielle fait bondir les ventes de "Paris est une fête"

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques