Donald Trump président : les écrivains américains lui disent non merci

GUEULE DE BOIS – En mai 2016, 450 auteurs américains avaient signé une lettre ouverte pour s’opposer à la candidature de Donald Trump à la présidentielle. Six mois après, leur pire cauchemar s’est réalisé, et ils ont réagi avec stupéfaction, colère, désespoir.

Douglas Kennedy

"Si Donald Trump gagne, il sera le Mussolini américain”, déclarait l’auteur le 7 octobre dernier sur LCI. Son cauchemar s’est réalisé : "je suis choqué, c’est un traumatisme impossible à imaginer", a-t-il ensuite réagi sur Europe 1. "Trump est un raciste, il est obsédé par le pouvoir, c’est un copain de Poutine… A côté de Trump, George W. Bush c’est Chateaubriand !" a-t-il poursuivi.

Stephen King

Qu’est-ce qui peut glacer d’effroi le maître de l’horreur ? La victoire de Donald Trump, qu’il a qualifiée le jour même "d’élection la plus sale de mémoire d’homme". Ecoeuré, Stephen King a fait savoir qu’il se murerait dans le silence – sur Twitter, du moins. "Fini, les suggestions de lecture, la politique ou les photos rigolotes de chiens dans un futur immédiat. Je me tais."

Toni Morrison

“Si Donald Trump est élu, je ne me sentirai plus américaine”, avait déclaré le prix Nobel de littérature 1993 sur France Inter, le 8 novembre dernier. Mais il en faut plus pour ébranler cette grande dame des lettres américaines, puisqu’elle avait ajouté : "Je refuse en revanche de le laisser me faire du mal, de me rendre malheureuse. Je me relèverai." Parions qu’elle est déjà debout.

Paul Auster

Pour ce New-Yorkais francophile, Donald Trump est "un croisement entre Berlusconi et Mussolini, à la fois dangereux et effrayant", avait-il déclaré dans le quotidien canadien La Presse en mai dernier. Supporter d’Obama, il a confié à la BBC, le soir de l’élection, qu’il était "effrayé au-delà de toute mesure. Je n’ai jamais été plus désespéré de ce que nous sommes et de là où nous allons qu’en ce moment".

Tom Wolfe

A 85 ans, toujours vêtu de blanc, l’auteur du Bûcher des vanités adore Trump, qu’il a qualifié de "mégalo sympathique". A L’Express, il a déclaré : "Trump est politiquement incorrect et les gens adorent ça. Le politiquement correct, c’est une religion."  Il préfère en tout cas ce "personnage haut en couleur" à Hillary Clinton qu'il accuse de n'avoir ni le charme, ni l’humour de son ex-président de mari. 

En vidéo

Le petit Q : La réaction de Yoko Ono après l'élection de Donald Trump

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Plus d'articles

Sur le même sujet