Etonnants Voyageurs : pour Dany Laferrière, "le bien national des Haïtiens, c’est la culture"

Etonnants Voyageurs : pour Dany Laferrière, "le bien national des Haïtiens, c’est la culture"

FRANCOPHONIE – Le festival international du livre et du film Etonnants voyageurs lance sa quatrième édition à Port-au-Prince, du 1er au 4 décembre. Six ans après le tremblement de terre qui a ravagé Haïti, l’Académicien Dany Laferrière raconte à LCI pourquoi un tel festival est vital pour ses habitants.

Le 12 janvier 2010, la terre a tremblé en Haïti. Bilan : 230 000 morts, et une capitale, Port-au-Prince, dévastée. Six ans après, la reconstruction est minime, l’instabilité politique demeure et l’île est toujours sous perfusion. Etait-il bien raisonnable pour Etonnants Voyageurs, festival malouin bien connu des amoureux du voyage, d’y revenir pour une quatrième édition hors les murs ? "Plus que jamais ! » répond Michel Le Bris, le capitaine et fondateur d’Etonnants Voyageurs. 


A ses côtés figure son meilleur ambassadeur, un grand homme hilare en casquette et Converse : Dany Laferrière, de l’Académie française. Elu Immortel en 2013, l’écrivain haïtien l’assure : "La culture est au cœur de la vie haïtienne, de sa vitalité, de son énergie, bien avant l’indépendance. Le bien national des Haïtiens, c’est la culture, la poésie, la littérature, la peinture, les chants sacrés. Chaque fois, Haïti fait face aux désastres politiques et aux catastrophes naturelles. La culture n’y est pas subventionnée, et malgré tout nos écrivains sont les premiers de cordée à chaque saison littéraire, que ce soit à Haïti ou à l’international."

Les dictateurs ne peuvent rien face aux poètes

De fait, rien n’a jamais empêché un Haïtien de créer, pas même la longue série des dictatures. "Quand je vivais en Haïti, pendant mon enfance et mon adolescence, je n’ai jamais entendu personne se plaindre de ne pas pouvoir écrire sous la dictature de Duvalier", poursuit Laferrière. "On a compris qu’on avait là une nature étonnante, une singularité, un ferment inépuisable, et à Etonnants voyageurs, on est toujours étonné de voir surgir des figures nouvelles, de grande force. C'est la raison fondamentale de notre présence."


Pour cette édition d’hiver, qui se déroulera du 1er au 4 décembre à Port-au-Prince et autour, une cinquantaine d’auteurs viendront présenter leur œuvre, et discuter lors d’une quarantaine de débats. Les rencontres ne ronronneront pas puisque Dany Laferrière prévient "une forte récurrence des thèmes de la colère et de la violence !" A travers la poésie, s’entend, "qui est très vivante en Haïti, aussi bien en français qu’en créole".

"Faisons ce que nous savons faire, et faisons partie d’un mouvement qui apporte le progrès", encourage Dany Laferrière. Lui-même a déjà contribué à la reconstruction de son île natale sans le savoir, comme le signale Michel Le Bris  : "L’élection de Dany à l’Académie française a vraiment changé les regards sur la littérature haïtienne, quelque chose a bougé. Notamment sur la définition de ce qu’est la francophonie, et c’était notre combat, celui d’une littérature-monde pensée comme un vaste espace, sur un pied d’égalité, dans des rapports d’échanges entre les créateurs." Ce n'est pas notre Académicien en Converse qui dira le contraire.

JT WE - Haïti : trois jours après le passage de l’ouragan, la vie reprend le dessus

Et aussi

Les tags

    Sur le même sujet

    À suivre

    Rubriques