Hommage national à Saint-Exupéry au Panthéon : cinq choses insolites à savoir sur l’auteur du "Petit Prince"

PATRIMOINE – Pour fêter les 70 ans de la publication du "Petit Prince", le gouvernement rendra hommage à Antoine de Saint-Exupéry lors d'une cérémonie au Panthéon, mardi 13 décembre. Voici cinq choses à savoir sur l’écrivain-aviateur et sur son œuvre immortelle.

"Saint-Ex" venait d’une famille noble

Antoine Jean-Baptiste Marie Roger de Saint-Exupéry est né en 1900 à Lyon, dans une famille noble. Il étudie les beaux-arts et l’architecture avant de s’initier à l’aviation pendant son service militaire. Il publie son premier roman, Courrier sud, en 1929, et rencontre son premier succès avec Vol de nuit, qui remporte le prix Femina en 1931. Rebelote avec Terre des hommes en 1939, qui obtient le Grand prix du roman de l’Académie française, avant le succès considérable d’un certain Petit Prince.

"Le Petit Prince" est le livre en français le plus traduit au monde

Traduit en 270 langues, Le Petit Prince a été vendu à plus de 145 millions d'exemplaire dans le monde. L’aviateur l’a rédigé aux Etats-Unis en 1942, et l’a publié à New York en 1943 et en France chez Gallimard en 1946. Une semaine après la parution du livre, Antoine de Saint-Exupéry s'envole pour l'Afrique du Nord, après avoir remis le manuscrit et les dessins préparatoires à son amie Sylvia Hamilton. Ceux-ci ont ensuite été acquis par la Morgan Library and Museum, à New York, où ils sont toujours conservés.

Les causes du crash qui a tué Saint-Exupéry demeurent un mystère

Saint-Exupéry a disparu en vol le 31 juillet 1944, au large de Marseille, alors qu'il effectuait une mission pour préparer le débarquement des Alliés en Provence. Il avait 44 ans. Le 8 septembre, il est officiellement porté disparu et déclaré mort pour la France. Le 3 novembre, il est cité à l'ordre de l'Armée Aérienne à titre posthume "pour ses plus belles qualités d'audace et d'adresse au cours des mois de juin et juillet 1944". La carcasse de son avion, un Lightning P38, a été retrouvée en 2004, mais son analyse n’a pas permis de déterminer les causes du crash.

L'écrivain-aviateur a travaillé au service de presse d’Air France

En 1933, Air France rejette la candidature spontanée de Saint-Exupéry. L’année suivante, la compagnie s’en mord les doigts et lui propose d’intégrer… son service de presse. Il participe à la réalisation de publicités, anime des conférences et signe quelques articles dans le magazine d’Air France.  

Son effigie s’est retrouvée dans des portefeuilles et dans l’espace

En 1992, les billets de banque en francs français se sont offert un petit lifting, avec les portraits de nouvelles personnalités. Sur les nouveaux billets de 50 francs, Saint-Exupéry a remplacé Quentin de la Tour. Le portrait de l’aviateur a circulé de caisses en portefeuilles jusqu’en 1999, l’année du passage à l’euro. Mais l’esprit de Saint-Ex continue de voyager puisque le spationaute Thomas Pesquet a emporté ses œuvres complètes dans La Pléiade avec lui sur l’ISS.

Plus d'articles

Sur le même sujet