Ivres, ils taguent les murs et finissent dans "Graffitivre"

Ivres, ils taguent les murs et finissent dans "Graffitivre"

AH AH AH – Le Tumblr Graffitivre, qui rassemble des graffiti hilarants photographiés partout en France, fait l’objet d’un livre publié chez Tana Editions. A l’intérieur : des jeux de mots et des envolées philosophiques farfelus et hilarants.

Ivres, ils écrivent sur les murs. Leur prose improbable est aujourd’hui réunie dans le livre Graffitivre, qui vient de sortir chez Tana Editions. A l’origine de cette collection de tags farfelus, qui a d’abord fait l’objet d’un Tumblr, on trouve deux hommes : Guillaume Normand et Grégoire Vilanova. 


"Nous avons commencé notre collecte en 2012. Nous sommes tombés par hasard à Belleville (quartier très propice aux graffiti amusants) sur un tag inscrit sur la devanture d'un restaurant chinois : ‘We say perle de coco’. Ce tag qui n'était pas spécialement le plus drôle qui soit nous a bien fait rire sur le coup. Nous avons commencé à prendre en photo ces graffiti, bientôt rebaptisés graffitivres", nous explique Guillaume Normand.

Au fil du temps, les deux auteurs reçoivent de plus en plus de contributions d’amateurs du genre, qui ont immortalisé ces inscriptions parfois poétiques, souvent absurdes mais toujours très drôles dans toute la France. "Il y a des disparités géographiques : certains villes comme Marseille, Besançon sont des viviers à graffitivres, là où on ne reçoit pas souvent de graffitivres bordelais ou aixois", précise Guillaume Normand. 

Face à ces jeux de mots et autre envolées philosophiques - "Non au gaz de chips !", "Liberté, égalité, Beyoncé", "Mojito ergo sum", "Ensemble, bâtissons un monde sans brocolis"... ¬ on ne peut s’empêcher de se demander qui sont ces graffeurs venus d’une autre dimension. 

Avec le succès, les créateurs du Tumblr Graffitivre sont devenus plus "exigeants". "La plupart des images que nous recevons sont assez peu drôles, voire à côté de la plaque. Mais certaines contributions des internautes déclenchent immédiatement chez nous l'hilarité et nous savons tout de suite que la personne a compris l'esprit et nous a envoyé un vrai graffitivre. En gros, les tags que nous publions se situent dans cet espace qui n'est ni le street art à la 'regarde le ciel', ni le slogan à la 'ni dieu ni maître'", raconte Guillaume Normand, qui n'a pas fini de nous faire rire. 

Et aussi

Les tags

    Sur le même sujet

    À suivre

    Rubriques