Jeanne Mas : ''Une vie humaine et une vie animale ont la même valeur''

Jeanne Mas : ''Une vie humaine et une vie animale ont la même valeur''

INTERVIEW – Jeanne Mas vient de sortir ''Ma vie est une pomme'' (Michel Lafon) dans lequel elle raconte comment elle est devenue végétarienne puis végétalienne par amour des animaux. Rencontre avec l'interprète des tubes des années 1980 ''Toute première fois'' et ''En rouge et noir'', qui a fait de son alimentation sa priorité n° 1.

Le temps semble ne pas avoir de prise sur elle. A 57 ans, Jeanne Mas affiche une silhouette mince et une peau resplendissante. Son secret : elle est végétarienne depuis 23 ans et végétalienne depuis deux ans. Celle qui assure n'être jamais malade depuis qu'elle s'est penchée sur le contenu de son assiette revient sur son parcours dans un livre inspirant intitulé Ma vie est une pomme, qui sort ce jeudi 18 février aux éditions Michel Lafon.

A quand remonte votre dégoût de la viande ?
Ça a commencé quand j'étais enfant. Ce dégoût vient de la torture animale. J'étais au marché et j'ai vu un lapin se faire tordre le cou. Ça a été un déclic. Pour moi, une vie humaine et une vie animale ont la même valeur. L'animal est aujourd'hui une marchandise, on a oublié qu'il était un être vivant.

''L'homme n'est pas destiné à être carnivore''

Vos parents ont-ils compris ce rejet ?
Non, mais c'est normal, c'était une autre génération. Ce n'était ni accepté ni acceptable. Aujourd'hui, les études scientifiques ont prouvé que l'homme n'est pas destiné à être carnivore. Notre dentition et notre système digestif montrent que nous ne sommes pas faits pour manger de la viande. Les carnivores ont un système digestif très court qui leur permet d'éliminer très vite les toxines. Chez nous, ces toxines provoquent des problèmes au niveau du côlon, des maladies cardiovasculaires, sans parler de l'influence sur le caractère.

Avant de trouver votre équilibre, vous avez sombré de longues années dans l'anorexie. Comment en êtes-vous sortie ?
Le déclic s'est produit à la naissance de mon deuxième bébé [en 1991, ndlr]. A l'époque, je ne me nourrissais que de trois verres de lait de soja par jour, un le matin, un à midi et un le soir. En me voyant si maigre dans le clip ''Au nom des Rois'', je me suis dit : 'Ce que tu fais n'est pas bien. Tu as des enfants, une vraie responsabilité'. Alors, nous sommes partis vivre à la campagne, dans le sud de la France. Et j'ai commencé à prendre soin de moi.

''Si je ne contrôle pas ce qu'il y a dans mon assiette, je ne mange pas''

Pourquoi êtes-vous passée de végétarienne à végétalienne ?
Le lait de vache est très mauvais pour l'organisme, cela donne des crampes d'estomac. Et en plus, il est bourré d'hormones. Aux Etats-Unis, où je réside, on conseille le lait de brebis même pour les enfants en bas âge. Désormais, le tofu et le chanvre m'apportent tout ce qu'il faut en acides aminés. Avec l'alimentation végétalienne, vous ne vous sentez jamais abruti par les graisses, qui rendent la digestion si longue. Aujourd'hui, je passe des heures à lire des étiquettes. On ingère des tonnes de colorants et de conservateurs. On a l'impression que l'alimentation, c'est du plastique.

N'avez-vous jamais eu peur de tomber dans l'orthorexie, cette obsession de manger sain qui est considérée comme un trouble de l'alimentation ?
C'est vrai que si je ne contrôle pas ce qu'il y a dans mon assiette, je ne mange pas. Je préfère sauter un repas. Au restaurant, je ne commande pas de salade si je ne suis pas certaine qu'elle est bio. J'ai trop peur des pesticides et des insecticides.

''Regarder mes lapins, c'est mieux que la télé''

Est-ce que ce n'est compliqué pour votre vie sociale ?
Mes amis sont au courant et quand ils m'invitent à manger, ils me préparent toujours un petit quelque chose. Aux Etats-Unis, ça va. Il y a de plus en plus de restaurants végétaliens mais en France, oui, c'est un problème. Les gens sont très viande et très fromage.

Avez-vous des animaux ?
Mes enfants sont grands et, aujourd'hui, je vis seule en Arizona. Je sentais que, le matin, je me levais pour rien. Alors, j'ai adopté deux lapins. Maintenant, je me lève pour les alimenter. Ils sont magnifiques. Ils me reconnaissent et adorent être sur mon épaule. Je ne les enferme que la nuit. Ils ne peuvent pas rester sur la terrasse à cause des hiboux. Quand je les regarde, c'est mieux que la télé. A New York, j'avais un petit poisson bleu. Il était fascinant. Il captait quand on arrivait et il était tombé amoureux du thermomètre de son aquarium. Il se frottait et j'avais envie de lui dire : 'C'est qu'un thermomètre trésor'. J'adore les animaux, ils m'apportent beaucoup de joie.

A LIRE AUSSI
>> Jeanne Mas prend la défense des cafards, des moustiques et des loups
>> VIDEO - Beyoncé promeut son régime végétalien

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques