Le prix Goncourt 2016 a été décerné à "Chanson douce" de Leïla Slimani

PRIX LITTÉRAIRE – Jeudi 3 novembre, l’Académie Goncourt a décerné son prestigieux prix à "Chanson douce" (Gallimard), le glaçant deuxième roman de Leïla Slimani. A 35 ans, la jeune femme faisait déjà figure de favorite auprès des journalistes et des libraires.

La lauréate, c'est elle ! Leïla Slimani, 35 ans, a décroché ce jeudi 3 novembre le Goncourt 2016 pour son roman Chanson Douce (Gallimard). Une récompense décernée au premier tour de scrutin puisque la jeune femme a recueilli 6 voix, contre 2 voix pour Petit Pays de Gaël Faye (Grasset), 2 voix pour L'autre qu'on adorait (Gallimard) de Catherine Cusset et 1 voix pour Cannibales de Régis Jauffret (Seuil).

C’est qui, Leïla Slimani ?

Née au Maroc, Leïla Slimani est d’abord passée par Sciences-po, le cours Florent et l’Ecole supérieure de commerce de Paris avant de devenir journaliste au magazine Jeune Afrique. Elle publie son premier roman en 2014, Dans le jardin de l’ogre, qui décrit les souffrances d’une nymphomane sur un ton clinique, glacé, qui n’est pas sans rappeler "Promenade" de Régis Jauffret. Chanson douce est son deuxième roman, et son thème perturbant ne l’a pas empêché de devenir la coqueluche de la rentrée littéraire.

De quoi ça parle, "Chanson douce" ?

Méfiez-vous de son titre. "Chanson douce", de Leïla Slimani n'est pas un roman sur les joies de la maternité. Loin de là. Le roman, glaçant, s'ouvre sur une scène insoutenable :  une nounou vient de tuer les deux enfants en bas âge dont elle s'occupait. Que s'est-il passé ? Qu'est-ce qui a pu pousser Louise, une femme si douce et dévouée à sa tâche, à commettre l'irréparable ? "Chanson douce" remonte le cours du temps pour tenter de comprendre l'impossible.

Et alors, elle le mérite, ce Goncourt ?

Deux ans après "Dans le jardin de l’ogre", Leïla Slimani frappe un grand coup avec un thriller psychologique qu'on lit en apnée. Bien qu'on en connaisse l'issue fatale, on se retrouve happé par ce roman qui joue avec notre plus grande peur : qu'il arrive malheur à nos enfants. Bien plus qu'une simple histoire de nourrice meurtrière, "Chanson douce" dresse le portrait d'une femme qui sombre lentement dans la folie dans que personne ne s'en aperçoive.  Ou ne veuille s'en apercevoir.

En vidéo

VIDÉO - L'arrivée mouvementée de la lauréate du Goncourt

En vidéo

Prix Goncourt 2016 : l'analyse d'Hubert Artus, journaliste littéraire

Plus d'articles

Les tags

    Sur le même sujet

    En ce moment

    Rubriques