VIDEO - Abd Al Malik : "Les politiques disent n’importe quoi sur l’islam pour accrocher un électorat"

INTERVIEW - A l’occasion de la publication de son livre "Camus, l’art de la révolte" (Fayard), Abd Al Malik était invité sur LCI mercredi 16 novembre. Le rappeur et écrivain en a profité pour dénoncer l’instrumentalisation de l’islam par les hommes politiques et les radicaux religieux.

C’est un homme révolté. Abd Al Malik  était invité ce mercredi matin sur LCI à l’occasion de la sortie de son livre Camus, l’art de la révolte (Fayard). Il y raconte sa découverte du philosophe grâce à L’envers et l’endroit, qu’il a lu à l’âge de 12 ans. "Je rencontre un frère qui me dit : si tu veux être artiste, voilà ce que tu dois faire. Quelqu’un qui vient du même milieu que moi, qui dit que la culture et le savoir lui ont permis de transcender son milieu socio-culturel", a expliqué Abd Al Malik qui vivait à l’époque dans une cité HLM de Strasbourg. 


Aujourd’hui, le rappeur regrette l’absence en France de tel maîtres à penser. "On manque d’intellectuels qui nous permettent de décrypter le réel. C’est tellement difficile et complexe ce qu’on vit qu’on a besoin de gens qui nous montrent le chemin. Je ne dis pas qu’il n’y a pas d’intellectuels, je dis qu’il n’y a pas de figures assez pop pour expliquer à tous le fonctionnement du monde", a-t-il lancé. 

On a à faire à des gens qui parlent de l’islam mais qui ne connaissent pas l’islam. Abd Al Malik

Les hommes politiques ne trouvent pas davantage grâce aux yeux d’Abd Al Malik, qui déplore la surenchère de punchlines et l’instrumentalisation de l’islam. "Des deux côtés [politique et radicaux islamistes], on a à faire à des gens qui parlent de l’islam mais qui ne connaissent pas l’islam. Le politique l’utilise pour satisfaire une partie du pays qui a des pensées extrêmes. Ils disent n’importe quoi pour accrocher un électorat. De l’autre côté, on a à faire à des gens qui sont mûs par la haine et qui ne comprennent pas ce qu’est véritablement l’islam, à savoir une spiritualité profonde qui nous fait aimer l’autre. Des deux côtés on a à faire à des gens qui instrumentalisent", a estimé le rappeur. 


Agé de 41 ans, Abd Al Malik s’est converti dans les années 2000 à l’islam et au soufisme, dont les pratiques sont axées sur l’intériorisation, la contemplation et la recherche de la sagesse. 

En vidéo

Comment Abd al Malik "s'est tiré" d'une enfance modeste

Tout savoir sur

Tout savoir sur

8h15 : L'invité de LCI Matin

Plus d'articles

Sur le même sujet

En ce moment

Rubriques