Eric Zemmour vs. les musulmans :  RTL et France 5 mis en garde par le CSA

Eric Zemmour vs. les musulmans : RTL et France 5 mis en garde par le CSA

CARTON JAUNE - Le CSA a tranché. Après avoir reçu de nombreuses plaintes de téléspectateurs, la haute autorité de l’audiovisuel a adressé une mise en garde à RTL et France 5, suite aux propos polémiques de Eric Zemmour dans le cadre de la promo de son dernier livre.

Il n’est pas passé inaperçu. Début septembre, Eric Zemmour faisait la tournée des médias pour défendre son dernier best-seller, Un quinquennat pour rien, recueil de ses chroniques matinales sur RTL. L’occasion pour le polémiste de tenir des propos qui ont choqué de nombreux téléspectateurs et auditeurs. Le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA) révèle en effet avoir reçu plus de 8 000 plaintes suites à son passage dans "C à vous", sur France 5, le 6 septembre ; mais aussi suite à sa chronique "6 minutes pour trancher " le 7 septembre, dans la matinale présentée par Yves Calvi.

L'islam et l'islamisme, c'est exactement la même chose. Tout le monde fait la différence mais je ne la fais pasEric Zemmour, le 6 septembre sur RTL

"Certains auditeurs et téléspectateurs ont dénoncé auprès du Conseil un discours qu'ils percevaient comme une forme de racisme et d'islamophobie", indique le CSA dans un communiqué, annonçant avoir envoyé "mis en garde les responsables de RTL et de France Télévisions contre le renouvellement d'un tel manquement". 


Sur RTL, Eric Zemmour avait notamment déclaré : "L'islam et l'islamisme, c'est exactement la même chose. Tout le monde fait la différence mais je ne la fais pas." Le lendemain, dans "C à vous", il disait : "Les soldats du djihad sont considérés par tous les musulmans comme des bons musulmans, qui osent." Regardez...

Le CSA estime que "la maîtrise de l'antenne doit être proportionnée au discours de l'invité et donc particulièrement forte lorsque ce dernier se caractérise par l'exacerbation des antagonismes au sein de la société française et la justification de comportements discriminatoires".


Pas de mise en garde, en revanche pour BFM TV, suite au passage du polémiste dans "Bourdin Direct", le 16 septembre, en dépit là aussi de plusieurs plaintes. Le CSA estime que "la maîtrise de l'antenne avait été effectuée par le journaliste (Jean-Jacques Bourdin -ndlr), dans la mesure où les propos de l'invité ont fait, le plus souvent, l'objet d'une contradiction parfois vive". 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

9h-10h : La Médiasphère

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques