Onfray et sa non-participation à "L’Émission politique" : "On ne peut pas uberiser le travail intellectuel"

MONEY - Le philosophe Michel Onfray aurait dû participer cette anné à "L'Émission politique", le programme mensuel de France 2. Mais les négociations n’ont pas abouti car la chaîne refusait, selon lui, de lui faire signer un contrat et de le rémunérer. Sur LCI, il se justifie.

Eh bien non, Michel Onfray ne participera pas, chaque mois, à "L'Émission politique" sur France 2. Invité sur LCI ce dimanche dans "L’Entretien d’Audrey", il a livré les coulisses de cette collaboration avortée. Voici donc sa version : après plusieurs échanges téléphoniques avec l’équipe de la chaîne et un accord de principe, Michel Onfray apprend, via sa collaboratrice, que cette participation mensuelle à l’émission n’est encadrée par aucun contrat et qu’elle n’est accompagnée d’aucune rémunération. 


Pour ces raisons, il décide donc finalement de ne pas demander suite. "Ce n'est pas l'argent qui m'intéresse. C’est la question du principe. J’estime qu'on ne peut pas uberiser le travail intellectuel, surtout dans le service public", explique le philosophe. Pourtant, selon l’Obs, le philosophe réclamait 2.000 euros par émission. Ce que Michel Onfray dément. "Je ne vois pas pourquoi je demanderais une somme puisque je vous dis que quand on m'a fait savoir qu'il n'y avait pas de budget prévu, ni de contact, j'ai dit qu'on arrêtait", assure l’auteur du Traité d’athéologie

Il y a quelques jours, la direction de France Télévision a commenté l’échec des négociations. "Nous avions une réelle envie commune de travailler ensemble sur cette émission, et avions un accord de principe de Michel Onfray. Les négociations sur sa rémunération étaient en cours, mais n'ont pas abouti. Nous sommes comptables de l'argent public, et devons rester raisonnables sur les budgets", a-t-elle indiqué.

Plus d'articles

Sur le même sujet