Ennio Morricone dépose plainte pour récupérer ses droits d'auteur

Ennio Morricone dépose plainte pour récupérer ses droits d'auteur

DirectLCI
GROS SOUS - Le musicien star des musiques de films, Ennio Morricone poursuit en justice les patrons de Bixio Music, pour récupérer des droits d'auteurs de trois films. Une procédure qui se répand, de l'autre côté de l'Atlantique.

C'est un sujet brûlant, aux Etats-Unis, en ce moment. Après Harry Shearer qui poursuit Vivendi pour le film, "The Spinal Tap", Ennio Morricone lui emboîte le pas. Le musicien vient de lancer une procédure judiciaire afin de récupérer les droits d'auteurs de trois musiques de films. Il s'agit des films "La fille" d'Alterbo Lattuada, "Un jouet dangereux" de Giuliano Montaldo et "Un sacco bello" de Carlo Verdone. 


Ennio Morricone avait, à l'origine, signé un contrat avec Edizioni Musicali et ses droits ont été transféré à Bixio Music Group, pour les Etats-Unis. Or en 2012, le compositeur avait bien essayé de faire revenir ses oeuvres dans le giron de sa société, Morricone Music, sans succès. 

"Droit de résiliation"

Selon le Hollywood Reporter qui a pu consulter la plainte, "Bixio a refusé de céder les droits au pretexte que les musiques de ces films étaient un travail de commande : le compositeur agissait comme travailleur indépendant". Pour la société Bixio, le fait que Morricone ait effectué un travail de commande signifie qu'elle est propriétaire des oeuvres du musicien. De son côté, l'équipe de Morricone argue que rien de tel n'a été convenu formellement et que les droits auraient du revenir, en 2012, à la société du musicien. 



Pour appuyer leurs dires, ils citent la loi sur le droit d'auteur datant de 1976 qui indique qu'un compositeur peut récupérer ses droits sur les oeuvres, ayant précédemment été exploitées, au bout de 35 ans. Les législateurs américains ont appelé cela, le "droit de résiliation": en vertu duquel les droits doivent revenir à l'auteur avant que toute nouvelle cession ne soit valide. Elle accorde également aux auteurs un droit inaliénable de "résilier" un transfert de droit d'auteur 35 ans après qu'il a eu lieu.

En juillet dernier, de nombreux artistes dont Ennio Morricone publiaient une lettre  réclamant une meilleure prise en compte des droits d'auteur sur internet dans une lettre ouverte diffusée mardi par le Groupement européen des sociétés d’auteurs et de compositeurs. Ils demandent la rémunération "juste et négociée" de l'exploitation de leur travail par les géants de l'internet comme YouTube, dans un courrier adressé au président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. 

Plus d'articles

Sur le même sujet