Et si vous vous laissiez bouleverser par le jazz sans frontière de Kamasi Washington ?

Et si vous vous laissiez bouleverser par le jazz sans frontière de Kamasi Washington ?

DirectLCI
COUP DE CŒUR - On dit de lui qu’il est le saxophoniste préféré des stars du rap américain. Mais pas seulement. Le géant Kamasi Washington publie "Harmony of Difference" (Young Turks), l’une des meilleures sorties jazz du moment. LCI fait les présentations.

A lui tout seul il incarne la nouvelle génération du jazz américain. Après le succès en 2015 de The Epic, un triple-album ambitieux qui a squatté les tops de la presse internationale, tous styles confondus, le colosse Kamasi Washington revient aux affaires avec Harmony of Difference, un EP à l’image de son auteur, virtuose, généreux et engagé.


Fils de professeurs de musique, le saxophoniste a grandi dans le quartier chaud de South Central, à Los Angeles. Dont il s’extirpe adolescent pour étudier sur les bancs de l’université de UCLA. Prodige aux goûts éclectiques, il côtoie rapidement  des légendes du jazz comme Wayne Shorter et Herbie Hancock. Mais aussi des stars de la musique urbaine que sont Lauryn Hill, Nas ou encore Snoop Dogg.

Bête de scène...

C’est en 2015 qu’il attire l’attention du grand public en prêtant son saxon démoniaque à To Pimp a Butterfly, l’album du rappeur Kendrick Lamar, primé aux Grammy Awards. Quelques mois plus tard, il enfonce le clou avec The Epic, une carte de visite de près de trois heures, enregistrée avec pas moins de 32 musiciens et 20 choristes.

Sur album, comme sur scène, Kamasi Washington s’entoure d’une armada avec laquelle il déploie des trésors d’harmonie. Surtout il n’hésite pas à se produire dans des festivals rock, initiant un tout nouveau public à un genre musical qui connait un nouveau souffle outre-Atlantique.

C’est chez Young Turks, la maison de disques britannique qui publie des artistes alternatifs comme The XX, FKA Twings ou encore Sampha que Kamasi Washington a trouvé refuge. Elle vient en effet de publier Harmony of Difference, un EP de 32 minutes composé à l’origine pour la Biennale du Whitney Museum de New York, en mars dernier.

... et artiste engagé

Dans ce projet multimédia, le public pouvait découvrir le sublime court-métrage réalisé par la star du clip vidéo A.G. Rojas (Jack White, Gil Scott-Heron) pour illustrer la chanson "Truth". Des scènes de la vie quotidienne d’une banlieue américaine, sublimée par la mélodie lancinante d’un musicien qui croit au pouvoir fédérateur de son art.

"Au cours de l’année écoulée, je me suis rendu compte à quel point les gens avaient du mal à coexister à travers l’Amérique, confiait le saxophoniste à Rolling Stone. Moi qui vis à Los Angeles, j’apprécie le fait qu’on y trouve autant de cultures, autant de gens différents, et qu’être réunis tous ensemble était quelque chose de cool. Je me suis alors demandé comment mettre ça en musique." 


En résulte un disque plus accessible que son prédécesseur, par sa durée mais aussi sa capacité à tisser, à partir d’une mélodie toute simple, une grande fresque où communient les membres de son big band jusqu’à l’extase. A découvrir d'urgence avant d'aller l'applaudir sur la scène du Pitchfork festival, à Paris, le 3 novembre prochain.


>> Harmony of Difference, de Kamasi Washington - Young Turks (2017)

Plus d'articles

Sur le même sujet