Le réalisateur du clip de "Lazarus" rend hommage à David Bowie

Le réalisateur du clip de "Lazarus" rend hommage à David Bowie

DECLARATIONS – Johan Renck qui a travaillé avec David Bowie sur les vidéos de "Blackstar" et de "Lazarus" a posté un émouvant message sur son compte Instagram. De manière sous-entendue, le sujet de la mort planait sur chacune de leur discussion.

Ses clips font froid dans le dos et se regardent aujourd'hui comme une sorte de testament de David Bowie. Johan Renck, le réalisateur suédois des vidéos de "Blackstar" et de "Lazarus", a publié sur son compte Instagram un émouvant message, sorte d'hommage au chanteur décédé dimanche 10 janvier.

"En juillet, tu m'as dit que tu étais malade. Nous n'en avons jamais reparlé directement, à part quand tu faisais des blagues morbides. Bien évidemment, cela a joué sur nos discussions de travail. Il y avait toujours ce sous-entendu nébuleux mais je n'étais pas capable de le saisir. Je le prenais pour une considération sur la mortalité, un clin d'oeil à l'après, un commentaire sur le concept d'héritage. Qu'est-ce qu'on aurait pu faire d'autre ?'', a écrit Johan Renck.

David Bowie cadavérique et les yeux bandés

Dans "Lazarus", Le réalisateur de 49 ans filme un chanteur cadavérique, allongé sur un lit d'hôpital les yeux cachés par une bande de gaz . Le clip est ponctué de symboles qui rappellent la mort. Après plusieurs convulsions, le corps de David Bowie se retrouve d'ailleurs en lévitation, comme s'il passait l'arme à gauche.

Dans le clip ''Blackstar'', qui dure une dizaine de minutes, David Bowie, encore les yeux bandés, apparaît sous les traits d'une épouvantable créature dans un monde tout aussi effrayant. "C'est le type le moins prétentieux que j'aie jamais rencontré, et en même temps, ses idées sont profondes, argumentées et intéressantes", avait déclaré le réalisateur à propos de David Bowie à la suite de leur collaboration.

''La nuit dernière, j'ai rêvé que je te rentrais dedans dans un immeuble de Brooklyn. Je t'ai balancé 'Je pensais que tu étais mort'. Avec ton sourire de malade tu m'as rétorqué : 'Qui t'as dit ça ?'. 'Le monde, le monde me l'a dit'. Tu as fait ton plus large sourire. 'Ton monde est fêlé !'. Nous avons ri, tu es plus grand que moi'', a conclu Johan Renck.

A LIRE AUSSI
>> David Bowie aurait succombé à un cancer du foie
>> David Bowie va vous faire très peur dans le clip 'Blackstar"

In July you told me that you were ill. We never directly touched upon it again (apart from when you made morbid jokes). It, obviously, coloured our talks on work like a nebulous and devious undercurrent but I wasn't capable of taking it in, so I embraced it all as a note on mortality, a nod on aftermaths, a comment on the concept of legacy. What else could one do? Last night I dreamt that I bumped into you outside some dank building in deep Brooklyn. "I thought you were dead!?" I blurted out. "Who told you so?" you said with your infectious smile. "The world". The world told me so!" You smiled even wider. "Screw you world!" I bellowed, and we laughed; you bigger than me. Well, screw you world.

Une photo publiée par Johan Renck (@johanrenck) le

Les tags

    Et aussi

    Sur le même sujet

    À suivre

    Rubriques