Les rappeuses de Salt-N-Pepa se reforment pour faire bouger le rap féminin

Les rappeuses de Salt-N-Pepa se reforment pour faire bouger le rap féminin

NOSTALGIE 90'S - Le trio Salt-N-Pepa s'est reformé pendant le week-end de Pâques pour une longue tournée américaine qui fera revivre le rap des années 90. Le trio, pionnier à l'époque, constate que la condition féminine ne s'est pas améliorée depuis leur âge d'or. Leur reformation pourrait remettre un peu de "fun" dans le milieu.

Avec sa collection de tubes et ses tenues fluo, le groupe Salt N Pepa a éclairé le chemin des rappeuses dans les années 90. Grâce à une tournée de reformation qui ravit les nostalgiques, Cheryl James alias "Salt", Sandra Denton alias "Pepa" et DJ Spinderella aux platines ont retrouvé leur public tout en constatant que le hip-hop n'a guère changé d'attitude envers les femmes.

Le groupe s'était révélé au grand public à une époque où l'Amérique blanche regardait avec méfiance le rap, considéré comme une passade dans la culture urbaine. Non seulement le trio new-yorkais est parvenu à briser la barrière des sexes dans le hip-hop, mais il a aussi insufflé un subtil air d'émancipation féminine, rappant ouvertement mais sans vulgarité sur les désirs des femmes, notamment dans "Let's talk about sex" et "Shake your thang".

"Latifa était la reine, Lauryn Hill était la conscience, Salt-N-Pepa était le fun"

Aujourd'hui, le trio déplore le peu de changements intervenus depuis leurs beaux jours, estimant que les femmes sont toujours confrontées à des préjugés sur leur sexualité. "Vous pouvez n'avoir eu que trois partenaires dans votre vie et être encore qualifiée de putain", a déclaré "Pepa". "Il y a deux poids, deux mesures dans l'Amérique des affaires", a renchéri "Salt", au sujet de l'industrie musicale. Elle déplore que les femmes doivent affronter des défis encore plus grands qu'avant.

Evoquant le droit au divorce ou la question de la garde des enfants, Salt a ajouté : "ça va bien au-delà - le droit de ne pas être maltraitée, émotionnellement ou physiquement, ou de ne pas être expulsée de votre maison (...) C'est un problème mondial et un combat perpétuel".

Selon "Salt", les pionnières du rap pouvaient trouver leur niche en étant "impudentes, sans remords". "Latifa était la reine, Lauryn Hill était la conscience, Salt-N-Pepa était le fun, la mode et la féminité. Et maintenant, c'est un peu vide", a-t-elle poursuivi, en saluant néanmoins Nicki Minaj et Iggy Azalea, pourtant souvent dénigrée par ses contemporaines. Il reste donc encore de la place pour le trio nouvellement reformé, qui a confirmé travailler sur de nouveaux titres ; le dernier album du groupe remonte à 1997.

A LIRE AUSSI >>  Décès de Phife Dawg, membre fondateur d'A Tribe Called Quest 

Les tags

Et aussi

Sur le même sujet

À suivre

Rubriques