VIDÉO - On a vu le nouveau spectacle de Pascal Obispo : "Jésus est un personnage ultra-moderne"

DirectLCI
AVANT-PREMIÈRE - Le rideau se lèvera sur "Jésus, de Nazareth à Jérusalem" mardi 17 octobre devant un public qui a réservé ses places depuis des mois déjà. Une dizaine de jours avant ses grands débuts, LCI a pu assister au filage du premier acte de la fresque musicale signée Pascal Obispo et Christophe Barratier. L'occasion de poser quelques questions au compositeur du spectacle et à l'interprète du rôle-titre.

Interviewer Jésus. Voilà une tâche que nous pouvons désormais rayer dans notre cahier de doléances. Le natif de Galilée sera dès mardi 17 octobre le héros d'un spectacle musical retraçant les trois dernières années de sa vie, Jésus, de Nazareth à Jérusalem. Un projet porté depuis cinq ans par Christophe Barratier, réalisateur des Choristes qui en signe le livret et la mise en scène, et Pascal Obispo, compositeur de la musique de cette fresque qui s'est dévoilée à la presse une dizaine de jours avant sa grande première. Pas question pour nous de voir l'intégralité du spectacle mais seulement le premier acte.

Dans un Palais des Sports de Paris bien vide, Christophe Barratier prend la parole, expliquant qu'il peut interrompre le déroulé du filage (répétition en costumes, ndlr) à tout moment pour des corrections mais espère ne pas avoir à le faire. La lumière s'éteint et nous voilà emportés en pleine tempête sur des bruits d'orages. Après un bref rappel historique qui s'impose pour nous situer dans le temps, le sobre décor aux couleurs sable apparaît. Pendant une heure, les tableaux se succèdent au rythme de chansons beaucoup plus mélancoliques que ne pouvaient l'être celles des Dix Commandements, dont la musique était déjà signée Pascal Obispo. Avec des paroles beaucoup plus explicites sur le plan religieux.

Anne Sila et Crys Nammour, nos deux coups de coeur

"Ce n’est pas facile de jongler entre cette image christique iconique et cette image de simplicité, l’homme qui parle à tous, marche comme tout le monde, rit comme tout le monde", nous explique Mike Massy, le Jésus du spectacle. "J’aimerais bien, quand les gens viennent voir le spectacle, qu’ils soient croyants ou pas croyants, qu'ils apprécient ce qu’on est en train de présenter", nous dit-il. Le spectacle - en tout cas ce que l'on en a vu - ressemble à une version musicale des écrits vulgarisateurs d'Alain Decaux. Tout le monde s'y retrouve. Avec un écho à l'actualité, affirme Pascal Obispo. 

En vidéo

Jésus : la nouvelle comédie musicale événément

"En ce moment, il n’y a pas un pays où il y a plus d’associations qu’en France, où les gens sont dans la solidarité et l’entraide, des gens qui ont envie de bouger les lignes, bouger toutes ces choses qui font souffrir d’autres personnes, qui ont moins, sont handicapées, sont exclues… C’est vrai que ça a été le combat de Jésus au début, c’est ce qui fait que je trouve que c’est un personnage ultra moderne", nous assure Pascal Obispo.


L'histoire se met tout de même doucement en place avant que l'apparition d'Anne Sila (ex-The Voice), divine dans le rôle de Marie, ne vienne nous filer la chair de poule. Rebelotte quelques instants plus tard avec l'autre femme du casting,  Crys Nammour, qui nous achève avec sa voix puissante dans le rôle de Marie-Madeleine. "Toi qui as appris l'amour, ne veux-tu pas le vivre un jour ?", chante-t-elle à l'intention de celui qui part pour Jérusalem à la fin du premier acte. Une première partie qui s'achève sur une collégiale pleine d'émotions. De quoi nous donner envie d'en voir plus. 

Plus d'articles

Sur le même sujet